Des séries prometteuses à Waterloo, estime Papineau

Mathieu Papineau a amassé 25 points en 19 matchs cette... (Sara-Maude Roy)

Agrandir

Mathieu Papineau a amassé 25 points en 19 matchs cette saison. S'il n'est pas le plus grand ni le plus gros, il prend néanmoins de la place sur la patinoire.

Sara-Maude Roy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Waterloo) À sa première saison avec les Maroons, il s'est imposé comme un élément clé au sein de la troupe waterloise. Et alors que débutent les séries éliminatoires, Mathieu Papineau sait qu'il aura un rôle important à jouer dans les succès de son équipe.

«Les séries, c'est le meilleur temps de l'année, c'est le moment que tout le monde attend, explique l'athlète de Brossard. Puisqu'on a une belle équipe et qu'on a tout ce qu'il faut pour aller loin, on a hâte que ça commence.»

D'autant plus que les Maroons n'ont pas joué depuis trois semaines. Ils n'avaient pas de match à l'horaire lors du dernier week-end du calendrier régulier de la LHSAM et ils avaient un laissez-passer pour le premier tour des séries, la fin de semaine dernière.

«On risque d'être rouillés pour commencer le match, l'exécution ne risque pas d'être A1. Mais ça va se replacer rapidement.»

Papineau s'attend à une série émotive face au Turmel de Lac-Mégantic. Ça débute samedi soir à l'aréna Jacques-Chagnon.

«Je jouais à Marieville la saison dernière, mais je sais que la finale de la Ligue des Cantons-de-l'Est entre les Maroons et le Turmel a laissé des traces. Je pense que ça va être du hockey très intense.»

Selon le numéro 27, il ne faut pas se fier à la fiche en saison régulière du Turmel (6-12-4), la pire équipe de la LHSAM.

«Moi, je préfère penser que c'est l'équipe qui vient d'éliminer Donnacona, un des bons clubs de la ligue. Je ne m'attends vraiment pas à une série facile.»

Dans la Ligue de la Côte Est

En 19 matchs cette saison, Mathieu Papineau a amassé 25 points, dont 12 buts. S'il n'est pas le plus grand ni le plus gros à 5'10'' et 175 livres, il prend de la place sur la patinoire, lui qui frappe dur et qui complète toujours ses mises en échec.

«J'aime penser que je suis un genre de Brendan Gallagher, dit-il. J'ai toujours joué comme ça.»

Papineau, 25 ans, n'a jamais joué dans la Ligue midget AAA, ni dans la LHJMQ. Ce qui ne l'a pas empêché de disputer deux matchs dans la Ligue de la Côte Est cette saison.

«J'avais participé au camp d'entraînement (des Nailers de Wheeling) et j'avais été le dernier joueur retranché. Puis, on m'a lâché un coup de fil en milieu de saison. SI je suis revenu avec les Maroons et au Québec, c'est parce que j'ai ma petite compagnie de terrassement et de déneigement et que je ne pouvais pas tout laisser tomber. Ça reste mon avenir et mon gagne-pain...»

N'empêche, il a réalisé un rêve en jouant chez les professionnels.

«On parle de deux matchs seulement, mais ça reste deux matchs chez les pros. Mon cheminement est particulier, ce qui fait que je suis d'autant plus fier. Mon amour du hockey et ma persévérance m'ont amené jusque-là.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer