CH: Greg Pateryn devrait de jouer contre Buffalo

Confiné à un rôle de spectateur depuis le... (Archives La Presse)

Agrandir

Confiné à un rôle de spectateur depuis le 9 janvier, Pateryn sera vraisemblablement appelé à revêtir l'uniforme du Canadien vendredi soir à Buffalo.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Brossard

Le malheur de deux coéquipiers fera sans doute le bonheur de Greg Pateryn.

Confiné à un rôle de spectateur depuis le 9 janvier, Pateryn sera vraisemblablement appelé à revêtir l'uniforme du Canadien vendredi soir à Buffalo, alors que la formation montréalaise disputera le premier d'une série de trois matchs à l'étranger.

Michel Therrien l'a presque confirmé jeudi, puisque Jeff Petry est demeuré à Montréal et que Nathan Beaulieu ne s'est pas entraîné.

«Ça va être très dur d'insérer Nathan car il n'a pas participé aux deux derniers entraînements. Il y a de bonnes chances de voir Pateryn demain dans l'alignement.»

Blessé au bas du corps en deuxième période mardi, Beaulieu a accompagné ses coéquipiers et son cas sera réévalué sur une base quotidienne. Mais la situation entourant Petry est plus intrigante.

Petry a pris part aux matchs du week-end contre les Oilers d'Edmonton et les Hurricanes de la Caroline, mais pas à celui de mardi face au Lightning de Tampa Bay en raison d'une blessure - au bas du corps lui aussi. Et il ratera au mieux les trois prochaines rencontres de l'équipe.

Lors de son point de presse, Therrien a reconnu que Petry est ennuyé par la même blessure au bas du corps qui l'a contraint à s'absenter du match du 9 janvier contre les Penguins de Pittsburgh. Mais Therrien ne pouvait dire si l'absence de Petry pourrait se prolonger au-delà du périple qui mènera l'équipe en Arizona, lundi, et au Colorado deux jours plus tard.

Interrogé sur la possibilité que Petry puisse devoir subir une intervention chirurgicale, Therrien a répondu que personne ne lui avait fait part d'un tel scénario.

En 51 matchs, Petry totalise cinq buts et 11 aides et affiche un ratio de moins-6, le pire parmi les défenseurs du Canadien. À ce chapitre, Petry a connu un mois de janvier particulièrement difficile - comme un peu tout le monde dans l'équipe - avec un différentiel de moins-11.

Ne pas faire de vague

De son côté, Pateryn n'a participé qu'à 11 rencontres cette saison, et à une seule depuis le début de la nouvelle année. Alors qu'il ne connaissait toujours pas les projets de l'équipe en vue de la rencontre de vendredi, l'Américain de 25 ans a admis que sa situation n'est pas facile.

«Si vous boudez, vous rouspétez ou vous vous promenez la tête entre les jambes, vous n'apportez rien à vos coéquipiers dans le vestiaire, a fait remarquer Pateryn. L'une des raisons pour lesquelles je suis ici, c'est que j'ai surmonté des situations comme celle-ci dans le passé. Ce n'est pas facile, mais il n'y a pas grand-chose que je puisse faire.»

Malgré le peu de matchs auxquels il a participé, Pateryn ne fait pas de vague et passe presque inaperçu. Il a par ailleurs eu l'occasion de parler avec l'état-major du Canadien.

«On m'a dit de garder une attitude positive et de tenir bon. Les dirigeants sont conscients que je me trouve dans une situation difficile, mais je pense qu'ils ont remarqué mon attitude, et ça pourrait m'être bénéfique à la longue. C'est quelque chose qui va faire de moi un meilleur joueur et une meilleure personne. L'important, c'est de voir la situation d'un angle positif», estime-t-il.

Paul Byron semblait à l'aise sur la patinoire... (Archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Paul Byron semblait à l'aise sur la patinoire du Complexe sportif Bell jeudi, mais la décision quant à son retour au jeu sera prise vendredi.

Archives La Presse

Byron à l'aise

Comme prévu, Paul Byron s'est entraîné avec ses coéquipiers, tout comme Lucas Lessio, qui n'a pas joué depuis sa blessure subie contre les Flyers de Philadelphie, le 2 février.

Byron semblait à l'aise sur la patinoire du Complexe sportif Bell, mais la décision quant à son retour au jeu sera prise vendredi, après l'entraînement de l'équipe, a indiqué Michel Therrien.

«Je me sens bien, a affirmé Byron. Je pense que je suis prêt à jouer, mais je vais voir comment mon corps réagira (vendredi). Ce sera une décision de l'entraîneur et s'il me dit que je suis prêt à jouer, ce sera à lui de prendre cette décision.»

Ce qui est sûr, par ailleurs, c'est que Ben Scrivens effectuera un quatrième départ d'affilée dans les filets du Canadien.

Enfin, rappelé mercredi des IceCaps de Saint-Jean, Jacob de la Rose n'était pas à Brossard en raison d'un problème de vol. Il rejoindra l'équipe à Buffalo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer