Un autre week-end de trois matchs pour les Inouk

Avec sa fiche de 25 buts et de 53 points,... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Avec sa fiche de 25 buts et de 53 points, Philip Sardinha domine le classement des marqueurs des Inouk.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Pour la troisième fois de la saison, les Inouk ont un «trois en trois» au programme en fin de semaine, c'était à dire trois matchs en autant de jours. Et face au Collège Français de Longueuil, vendredi soir sur la route, les Panthères de Saint-Jérôme, samedi après-midi au centre sportif Léonard-Grondin, et les Mustangs de Vaudreuil-Dorion, dimanche à l'extérieur, la tâche ne s'annonce pas facile.

«On n'a pas le choix, il faut y aller un match à la fois, a expliqué le vétéran Philip Sardinha avant la séance d'entraînement de jeudi. Car si tu regardes le portrait dans son ensemble, ça fait peur. Ça fait beaucoup de hockey en peu de temps, mettons.»

Au mois d'octobre, contre Longueuil, Sainte-Agathe et Saint-Léonard, les Inouk avaient perdu leurs trois matchs. En novembre, face à Chambly, Princeville et Montréal-Est, ils n'avaient perdu qu'une fois, contre le Titan.

La bonne nouvelle, en fin de semaine, c'est que les Inouk affrontent trois bons clubs. Car les récentes défaites face aux Forts ainsi que le Titan, des équipes de bas de classement, ont fait sourciller partisans et observateurs.

«Je ne sais pas pourquoi on a de la misère face aux clubs moins forts, a repris Sardinha, le meilleur marqueur des Inouk. Tout est une question de préparation, j'imagine, et nous n'étions pas prêts lors de ces deux matchs-là. Dave (Lapierre) nous avait avertis les deux fois, mais on ne l'a pas écouté. C'est plate parce qu'on a perdu de précieux points de classement.»

Ceci dit, les Inouk viennent de battre le Collège Français deux fois en moins de trois semaines et ils revendiquent trois victoires en cinq matchs cette saison contre les hommes de Pierre Petroni, l'équipe numéro un de la Ligue de hockey junior du Québec avec sa fiche de 34 victoires en 44 rencontres.

«Nous sommes capables de les battre et c'est une bonne chose puisqu'on pourrait les croiser en séries, a dit encore Sardinha. Nous sommes un club qui aime les défis et le Collège Français en est un beau à chaque fois.»

Avant le match de jeudi soir opposant les Mustangs aux Forts, à Chambly, les Inouk accusaient deux points de retard sur Vaudreuil-Dorion, détenteur du précieux deuxième rang de la section Alexandre-Burrows.

«C'est quasiment certain qu'on va affronter les Mustangs au deuxième tour des séries. En ce sens, on veut avoir l'avantage de la glace. Le deuxième rang de notre division, on y tient!»

Le match de dimanche, à Vaudreuil-Dorion, en sera un autre de quatre points.

Pas de pression

À 19 ans, Philip Sardinha en est à sa troisième saison avec les Inouk. Et même s'il n'a pas connu uniquement de bons matchs, on peut dire qu'il livre la marchandise avec sa production de 25 buts et de 53 points.

«Je n'ai jamais senti de pression de la part des entraîneurs parce que je suis un vétéran, a expliqué le Bromontois. Au contraire, je sens de la confiance. Je suis satisfait de mes performances en général, mais tout va avec les succès de l'équipe. Si j'amasse deux ou trois points et qu'on perd, je ne suis pas content.»

Sardinha commence à avoir la tête aux séries.

«On a surpris bien du monde cette saison et je pense qu'on peut continuer à surprendre en séries. Si on surprend, c'est d'abord en raison de l'ambiance dans le vestiaire, en raison de notre esprit d'équipe. Si on a un secret, c'est celui-là.»

On le répète, on n'a jamais autant entendu parler d'esprit d'équipe que cette saison chez les Inouk.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer