Les Sabres coulent le CH en troisième période

Dans le camp des Sabres, Johan Larsson (22)... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Dans le camp des Sabres, Johan Larsson (22) a inscrit le but gagnant après une belle passe du défenseur Jake McCabe, qui s'était emparé du long retour accordé par Condon sur un tir inoffensif.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Montréal

À domicile et face à l'une des attaques les plus anémiques de la LNH, le Canadien a trouvé le moyen de laisser filer une avance après 40 minutes de jeu... et le match, s'inclinant 4-2 face aux Sabres de Buffalo mercredi soir au Centre Bell.

Jamie McGinn et Johan Larsson ont marqué dans un intervalle de quatre minutes en troisième période pour infliger aux hommes de Michel Therrien une quatrième défaite consécutive, et une cinquième de suite devant leurs partisans.

Marcus Foligno, au premier vingt, a aussi marqué contre Mike Condon, qui a fait face à 31 tirs et dont la seule faute aura été de donner un long retour sur la séquence menant au but de Larsson. Cody Franson a ajouté deux passes.

Brian Gionta a scellé l'issue du match en marquant dans un filet désert avec une douzaine de secondes à écouler au temps réglementaire.

La réplique du Canadien est venue de Dale Weise (12e), en avantage numérique, et d'Alex Galchenyuk (12e), tous deux en deuxième période face à Robin Lehner, qui a réalisé 33 arrêts.

«Nous avions une avance de 2-1 dans notre édifice après deux périodes, il nous fallait gagner cette rencontre», a déclaré Max Pacioretty, qui a reconnu avoir l'impression de répéter le même refrain match après match.

«Je commence à ne plus savoir quoi dire», a d'ailleurs ajouté le capitaine.

Non loin de lui, pendant ce temps, P.K. Subban a clairement manifesté son mécontentement en faisant claquer deux ou trois fois le compartiment de son casier, avant de quitter le vestiaire sans parler aux représentants des médias.

La défensive gaffe

Le Canadien a dominé l'occupation territoriale pendant les dix premières minutes du match, mais ce sont les visiteurs qui ont ouvert la marque à 5:10, sur leur premier tir en direction de Condon.

Faisant preuve de mollesse dans son territoire, Jeff Petry a perdu le disque, dont s'est emparé Zemgus Girgensons. L'attaquant des Sabres a aussitôt repéré Foligno, laissé complètement seul devant le gardien du Canadien à la suite d'une mauvaise réaction d'Alexei Emelin. Condon n'y pouvait rien.

Après une deuxième moitié de première période peu convaincante, le Canadien a repris des couleurs au deuxième vingt. Il a profité de sa deuxième supériorité numérique de la rencontre pour égaler la marque, grâce à Weise, à 3:19.

Tenu en échec depuis le 28 décembre à Tampa Bay - une disette de neuf matchs - Weise a complété une belle pièce à trois à laquelle ont participé Pacioretty et Subban. Le capitaine du Canadien a ainsi interrompu une séquence de cinq rencontres sans point tandis que Subban s'inscrivait à la marque dans un quatrième match consécutif.

Moins de huit minutes plus tard, Galchenyuk a soulevé la foule avec un superbe jeu en solo. Après que Tomas Plekanec eut gagné une mise en jeu en zone des Sabres, l'ancien premier choix du Tricolore a effectué une belle feinte avant de déjouer Lehner d'un tir du revers du côté du gant.

Les Sabres ont également profité d'une supériorité numérique pour ramener les deux formations à la case de départ au milieu de la troisième période, grâce à McGinn. Ce dernier a fait dévier une passe de Rasmus Ristolainen, un autre jeu où Condon n'a eu aucune chance.

«Nous avions l'impression de bien jouer, mais ils ont créé l'égalité et ça nous a démoralisés, a déclaré Pacioretty. Pourtant, la marque était encore égale et il y avait d'importants points à récolter au classement. Nous avons flanché.»

Puis sur un jeu semblable, à forces égales celui-là, Larsson a redonné les devants aux Sabres après une belle passe du défenseur Jake McCabe, qui s'était emparé du long retour accordé par Condon sur un tir inoffensif.

Le Canadien tentera de se relever de cette défaite crève-coeur samedi après-midi, à l'occasion de la visite de Connor McDavid et des Oilers d'Edmonton.

L'entraîneur-chef du Canadien, Michel Therrien... (La Presse Canadienne) - image 2.0

Agrandir

L'entraîneur-chef du Canadien, Michel Therrien

La Presse Canadienne

Therrien reconnaît que les séries s'éloignent

Le Canadien est en chute libre depuis deux mois, et le constat semble maintenant clair même derrière le banc de l'équipe quant aux chances qu'elle participe à la grande valse du printemps.

En fait, Michel Therrien n'a eu besoin que de 14 mots pour résumer la gravité de la situation alors qu'il ne reste plus que 30 matchs, et environ deux mois, avant la fin de la saison régulière.

«On est très conscient que ça va être très difficile de faire les séries», a affirmé Therrien sans détour, lorsqu'un journaliste lui a demandé si l'équipe continuait de croire en ses chances.

À la suite de cet autre revers, la formation montréalaise affiche un dossier de 24-24-4 pour 52 points en 52 matchs. Elle a glissé au 13e rang puisqu'elle a joué un match de plus que les Sénateurs d'Ottawa, qui totalisent le même nombre de points. Même les Maple Leafs de Toronto ne sont pas si loin du Canadien, puisqu'ils comptent 45 points avec trois rencontres en banque.

Et si les joueurs du Tricolore regardent devant eux plutôt que derrière, ils verront qu'ils accusent un recul de six points sur les Bruins de Boston et de cinq sur les Penguins de Pittsburgh, qui occupent les deux dernières positions disponibles en vue d'une qualification aux séries éliminatoires. De plus, les Bruins et les Penguins ont joué deux et trois matchs de moins, respectivement, que le Canadien.

Price progresse peu

Par ailleurs, le pessimisme dans l'entourage de l'équipe est peut-être accentué par des images qui ont circulé sur le site internet de RDS plus tôt en journée.

Pendant quelques minutes mercredi matin, une caméra a suivi Carey Price patinant sans équipement, pour une énième journée d'affilée en compagnie du thérapeute sportif Graham Rynbend. Or, il semblait évident que le précieux gardien du Tricolore n'était pas à l'aise.

Toutefois, Therrien n'avait aucune mise à jour à annoncer au sujet de Price, se contentant de dire que rien n'avait changé depuis les dernières nouvelles annoncées par le directeur général Marc Bergevin il y a environ deux semaines.

Price n'a disputé que 12 rencontres cette saison et n'a pas joué depuis la deuxième période du match du 25 novembre face aux Rangers, à New York.

À l'origine, à la fin de novembre, le Canadien avait parlé d'une absence minimale de six semaines, mais au début de janvier, Therrien avait repoussé l'échéancier au retour du match des étoiles, au plus tôt.

Mais c'était avant que Bergevin n'annonce aux journalistes, le 21 janvier dernier, que Price demeurerait à l'écart pendant trois ou quatre autres semaines, donc pas avant le 12 février au plus tôt.

Des flèches vers la ligne bleue

Dans son point de presse, Therrien s'est fait beaucoup plus limpide lorsqu'est venu le temps d'expliquer les causes de cette autre défaite. Il s'est attaqué à des éléments de sa brigade défensive, qu'il n'a pas identifiés. Mais c'est clair qu'il visait, entre autres, Jeff Petry et Alexei Emelin, tous deux fautifs sur le premier but du match, notamment.

«On a eu des occasions où on aurait pu marquer ce troisième but. Encore une fois, on était en bonne position pour gagner, mais si tu es incapable de défendre autour du filet, tu n'as aucune chance. Sur le troisième but, on ne défend pas. Sur le premier but que nous avons donné, il y a eu une mauvaise réaction encore du défenseur. Tu n'as pas de chances de gagner dans ce temps-là», a tranché l'entraîneur-chef du Tricolore.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer