Les Inouk se paient à nouveau le Collège Français

Les Inouk doivent une fière chandelle au vétéran... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les Inouk doivent une fière chandelle au vétéran gardien Benjamin Avoine-Jean, qui a bloqué 39 rondelles contre Longueuil.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Granby) Les Inouk semblent avoir le numéro du Collège Français de Longueil cette saison, ayant remporté quatre des cinq parties disputées face aux meneurs de la division Alexandre Burrows. Les Granbyens ont signé un gain de 5-3 devant leurs partisans dimanche après-midi.

Après l'étrange défaite (11-10) subie à Princeville vendredi soir, les Inouk n'ont pas tardé à remettre de l'ordre dans leur jeu.

«On est arrivés avec la volonté de travailler et le désir de gagner, se réjouit l'entraîneur-chef David Lapierre. (...) Ça contraste avec le match à Princeville. On avait oublié que notre identité est en fait une identité de travaillants.»

«Peut-être que quand tu affrontes une machine de hockey comme Longueuil, c'est plus facile d'arriver avec une attitude de guerriers et non de spectateurs», souligne-t-il.

Dominés 42-29 au chapitre des lancers, les Inouk doivent néanmoins une fière chandelle au vétéran gardien Benjamin Avoine-Jean, qui a bloqué 39 rondelles.

Ils ont également reçu une solide contribution de leur premier trio offensif, formé de Philip Sardinha (deux buts, une aide), Jérémy Brown (trois aides) et Édouard Michaud (un but, une aide).

«C'est sûr que c'est le fun quand ça va bien (au plan individuel), mais quand tu joues avec des gars comme Édouard et Jérémy, c'est pas trop compliqué», mentionne Sardinha, la première étoile de ce match.

«Brown est bon défensivement en plus d'apporter beaucoup en offensive. Ça nous permet de relancer l'attaque très rapidement», explique le Bromontois.

Solide départ

Les Inouk ont fait le plus gros du travail dès la période initiale.

Ils ont ouvert le pointage sur une magnifique pièce de jeu survenue en milieu d'engagement. S'amenant en attaque après avoir bloqué un tir en zone défensive, Vincent Ouellet-Beaudry s'est montré patient avant de refiler le disque vers Gabriel Tremblay, qui a complété dans une cage ouverte.

Le défenseur David Marcotte a répliqué pour le Collège Français. Puis le doublé de Sardinha - dont un but marqué à l'aide d'un tir retentissant des poignets - a permis aux Granbyens de retraiter au vestiaire avec une avance de 3-1.

Avoine-Jean ferme la porte

Longueuil a touché le poteau à plusieurs reprises lors du second vingt, mais ce sont plutôt les Inouk qui ont trouvé le fond du filet en fin de période. En déjouant Stefano Cantali (24 arrêts), Édouard Michaud a porté un dur coup aux espoirs des visiteurs.

D'autant plus que, dans les derniers instants de la période, le gardien Avoine-Jean s'est dressé tel un mur en situation de double désavantage numérique.

«Benjamin a fait des arrêts dans les moments-clés, confirme David Lapierre. On est très heureux de la performance qu'il a livrée.»

Jonathan Filion, Maxime Chagnon (Longueuil) et Keven Cloutier (Granby) ont marqué en troisième, mais leurs filets ont été sans grande conséquence.

Dimanche après-midi, 553 spectateurs se sont déplacés au centre sportif Léonard-Grondin. Le capitaine des Inouk, Francis Brunelle (suspendu), et Xavier Brodeur (laissé de côté) ont suivi le match à partir des gradins.

Les deux clubs croiseront le fer pour une sixième et dernière fois cette saison, vendredi soir au Colisée Jean-Béliveau de Longueuil.

Classés au troisième rang de la division Alexandre Burrows, les Inouk affichent toujours un retard de deux points par rapport aux Mustangs de Vaudreuil-Dorion, qui ont malmené les Flames de Gatineau 6-1 dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer