Francis Brunelle: «Le timing est mauvais...»

Francis Brunelle n'a pas eu la vie facile... (Photo Alain Dion)

Agrandir

Francis Brunelle n'a pas eu la vie facile cette saison.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) «Cette suspension arrive à un bien mauvais moment, car je jouais du bon hockey depuis un certain temps. Vraiment, le timing est mauvais.»

Francis Brunelle purgera ses deuxième et troisième matchs de suspension en fin de semaine tandis que les Inouk visiteront le Titan de Princeville, vendredi soir, et qu'ils accueilleront le Collège Français, dimanche après-midi. Le capitaine a été puni à la suite des événements survenus dans la défaite de 10-1 subie par son équipe face aux Forts de Chambly il y a une semaine.

«Les gens de la ligue prétendent que j'ai quitté le banc pour me battre, mais moi, je sais que j'étais déjà sur la glace, a expliqué Brunelle, jeudi après-midi, à la suite de la séance d'entraînement des Inouk. J'étais en maudit sur le coup, mais bon, je n'ai pas le choix d'accepter la décision du circuit...»

Non, le Bromontois n'a pas eu la vie facile depuis qu'il s'est joint aux Inouk. Son adaptation à la Ligue de hockey junior du Québec a été longue et difficile, sans compter qu'il a raté sa part de matchs en raison de différentes blessures. Il commençait effectivement à jouer du bon hockey au moment où la LHJQ a sévi contre lui.

«Je n'ai jamais sous-estimé le calibre de jeu de la LHJQ. Mais comme je l'ai déjà dit, le style de jeu est très différent de celui pratiqué dans la LHJMQ, où je viens de passer deux ans. J'utilisais mal la robustesse de mon jeu et j'ai mis du temps à comprendre ce que les Inouk attendaient véritablement de moi.»

Dans la LHJMQ, au Cap-Breton, Brunelle était un joueur dit d'énergie. À Granby, on lui demande de jouer un rôle de premier plan.

Au mois d'octobre, Brunelle a atteint le fond du baril lorsque Lapierre, tanné de le voir passer son temps au banc des pénalités, l'a retiré de l'alignement l'histoire d'un match.

«Mais Francis a beaucoup appris quand il a raté plusieurs matchs, il n'y a pas si longtemps, parce qu'il était blessé, a raconté Lapierre. C'est un garçon intelligent et je pense qu'il a compris des choses, en regardant des rencontres depuis le haut des gradins, qu'il n'avait pas encore comprises. J'étais très satisfait de son jeu au moment où il a été suspendu.»

En 26 matchs depuis le début de la saison, Brunelle a tout de même amassé 27 points, dont neuf buts.

Le meilleur pour la fin?

On peut se demander si Francis Brunelle ne garde pas le meilleur pour la fin. Après tout, on arrive à la fin janvier et, bientôt, ce sera les séries éliminatoires.

«Je suis un joueur d'émotion et en séries, ce n'est que ça, de l'émotion, a repris Brunelle. Par contre, on a encore des objectifs à atteindre avant d'arriver aux séries, on a encore des choses à réaliser.»

L'objectif des Inouk, leur grand objectif, est bien sûr de dépasser les Mustangs de Vaudreuil-Dorion au deuxième rang du classement de la section Alexandre-Burrows. Les Mustangs ont 53 points et les Inouk, 52.

«Je vous l'avais dit, en début de saison, que nous allions surprendre. Honnêtement, je n'ai jamais compris ceux qui disaient que nous étions une équipe de bas de classement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer