Olivier Laliberté est fier des succès des Maroons

Olivier Laliberté sera devant le filet des Maroons... (Julie Catudal, Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Olivier Laliberté sera devant le filet des Maroons samedi soir. Vendredi, il cédera sa place à Félix Guilbault.

Julie Catudal, Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Waterloo) «C'est certain que personne ne se rappellera de nous si on gagne le championnat du calendrier régulier et qu'on se plante une fois en séries. Mais moi, ce championnat, j'y tiens!»

Celui qui parle, c'est Olivier Laliberté, qui cédera sa place au jeune Félix Guilbault devant le but des Maroons 2.0, vendredi soir à Sainte-Anne-de-la-Pérade, tandis que les Waterlois tenteront de faire un pas de plus vers la conquête du championnat de la saison régulière de la Ligue de hockey senior A de la Mauricie. Le vétéran retrouvera son filet samedi, à l'aréna Jacques-Chagnon, à l'occasion du deuxième match en 24 heures opposant les deux meilleures équipes du circuit.

Mais les Maroons, on le répète, pourraient remporter le championnat dès vendredi. Encore faudra-t-il, on le répète aussi, qu'ils gagnent en temps régulier et que Joliette perde à Cap-de-la-Madeleine et que Donnacona perde contre Louiseville. Mettons qu'il y a plus de chances qu'ils fassent la fête devant leurs partisans...

Surtout que les Maroons n'aligneront pas leur alignement A1 à Sainte-de-la-Pérade. Il leur manquera Maxime Guyon, leur meilleur franc-tireur, Daniel Guay-Mullin, Georges Étienne-Côté et Jean-Philippe Roy. Et l'entraîneur Michel Deschamps en a peut-être oublié d'autres quand on lui a jasé.

«On a gagné des matchs alors qu'il nous manquait de gros joueurs cette saison et on peut le faire encore, explique Laliberté. Les séries s'en viennent et c'est vrai qu'il faut se mettre en mode séries. Et en séries aussi, il va parfois nous manquer des joueurs, qu'importe les raisons.»

Puisque Windsor et Lac-Mégantic occupent les deux derniers rangs du classement de la LHSAM et que Sherbrooke a hissé le drapeau blanc après 10 matchs, Laliberté affirme qu'il tire une certaine fierté à voir les Maroons, la seule équipe de la défunte Ligue des Cantons-de-l'Est à avoir du succès, se battre pour le titre de la saison régulière.

«Des fois, on a l'impression qu'on ne nous prend pas au sérieux en Mauricie. Est-ce que le championnat pourrait faire une différence? Peut-être.»

Leur place

Laliberté, un ancien des Olympiques de Gatineau, était du tout début de l'aventure des Maroons dans la Ligue des Cantons-de-l'Est, il y a cinq ans. Il a même joué pour les Maroons dans la Ligue Richelieu. Et il est heureux du chemin parcouru par l'équipe.

«On a fait du chemin depuis le temps. On a un bon club et on a réussi à faire notre place dans le paysage sportif de la région. On présente du hockey robuste, du hockey pour hommes, mais ça reste du très bon hockey.»

Laliberté, qui était aussi l'adjoint de David Lapierre quand les Inouk ont remporté la coupe Napa en 2014, affiche une moyenne de buts alloués de 4,29 en 13 matchs. Son pourcentage d'arrêts est de ,878.

«Je suis plutôt satisfait de ma saison. Ce n'est pas une ligue de gardiens, on s'entend. Quand tu débarques devant le filet, l'objectif est d'abord de survivre!»

L'attaquant des Maroons Maxime Guyon ... - image 2.0

Agrandir

L'attaquant des Maroons Maxime Guyon 

L'aréna Jacques-Chagnon sera-t-il trop petit?

Pour leur dernier match de la saison régulière, les Maroons 2.0 attendent quelque 1000 spectateurs, samedi soir. Mille personnes à l'aréna Jacques-Chagnon, ça ne laisse pas beaucoup de place pour respirer!

Le match risque d'être très important et le responsable du marketing de l'organisation, Richard Gariépy, en a fait son match «foule plein», comme à l'époque où il travaillait pour les Inouk. Et comme si c'était nécessaire pour susciter encore plus l'intérêt, le justicier David Godbout, du Lafrenière Tracteur de Sainte-Anne-de-la-Pérade, s'amuse à lancer des défis aux Maroons sur les réseaux sociaux!

«David veut nous montrer c'est quoi un vrai tough, explique Michel Deschamps. Pas de problème, on va lui fournir des clients!»

Nicolas Héon, Christopher Saurette et probablement Maxime Harnois seront en uniforme samedi. Ils seront les clients de Godbout, un ancien des Maroons dans la Ligue des Cantons-de-l'Est et un gars de Granby.

«David veut faire sa marque au hockey. Et il n'a qu'une seule façon de le faire...», a laissé tomber Deschamps, sourire en coin.

Guyon n'avait pas le choix

Si Maxime Guyon ne sera pas en uniforme à Sainte-Anne-de-la-Pérade vendredi soir, c'est parce qu'il endossera le chandail du Cool FM de Saint-Georges, de la Ligue nord-américaine.

«Max n'avait pas le choix, affirme Deschamps. Les gens de Saint-Georges lui ont dit: "Voilà ta chance! Si tu ne viens pas, oublie-nous! " Et ils savaient très bien que c'était un week-end super important pour nous. Ce n'est tout simplement pas correct!»

À l'opposé, le défenseur Guillaume Karer, qui avait annoncé sa retraite, s'est laissé convaincre de venir prêter main-forte à ses coéquipiers à Sainte-Anne-de-la-Pérade. Il faudra voir pour samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer