Inouk: Lapierre ne veut rien prendre pour acquis

David Lapierre affirme qu'il savoure les bons moments,... (Alain Dion, Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

David Lapierre affirme qu'il savoure les bons moments, car il sait que les temps durs, pour reprendre son expression, s'en viennent.

Alain Dion, Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Vraiment, tout roule pour les Inouk: ils viennent de remporter cinq victoires de suite, ils affichent 10 gains en haut de ,500, David Lapierre vient de passer à l'histoire de la concession... et quoi encore!

Tout roule et, quand on regarde le calendrier plutôt favorable du week-end, les Granbyens pourraient fort bien se retrouver seuls au deuxième rang de la section Alexandre-Burrows, ce qui leur donnerait l'avantage de la glace au deuxième tour des séries éliminatoires de la Ligue de hockey junior du Québec.

Ils sont présentement à égalité avec les Mustangs de Vaudreuil-Dorion, équipe qu'ils affronteront vraisemblablement en deuxième ronde des séries après avoir obtenu un laissez-passer pour le tour initial en raison de leur position au classement.

Les Inouk ont rendez-vous avec les Forts de Chambly vendredi soir puis avec le Titan de Princeville dimanche après-midi, les deux fois au centre sportif Léonard-Grondin. Chambly et Princeville accusent respectivement 20 et 25 points de retard sur eux.

«C'est certain que ce sont deux matchs à notre portée, mais il ne faudrait surtout pas devenir les victimes de deux équipes capables de surprendre, lance David Lapierre. Les Forts (qui ont quand même battu les Inouk deux fois cette saison) ont un meilleur club à la suite de tous les changements qu'ils ont apportés pendant la période des transactions et le Titan vient juste de battre le Collège Français, à Longueuil s'il vous plait. Alors, faisons attention, car il n'y a rien d'acquis.»

Lapierre a toujours détesté ces matchs en apparence faciles. En fait, il les craint comme la peste. Surtout quand son équipe va bien et que ses joueurs pourraient être tentés de lever le pied.

L'entraîneur ne savait pas encore, avant la séance d'entraînement de jeudi, qui serait devant le filet contre les Forts. Chose certaine, Benjamin Avoine-Jean et Nathan Ward-Raymond vont tous les deux voir de l'action en fin de semaine.

Bientôt, on va demander à Lapierre quel est son plan de match en prévision des séries avec ses gardiens. À 20 ans, Avoine-Jean devrait naturellement avoir la pole, mais Ward-Raymond fait aussi du bon boulot, même si ses statistiques sont moins impressionnantes que celles du vétéran.

Par ailleurs, il n'y a plus aucun joueur sur la liste des blessés chez les Inouk. En ce qui concerne Édouard Michaud, qui vient de jouer deux matchs avec le Phoenix de Sherbrooke (aucun point), il sera en uniforme vendredi soir.

Temps durs

David Lapierre affirme qu'il savoure les bons moments, car il sait que les temps durs, pour reprendre son expression, s'en viennent.

«Avez-vous regardé notre calendrier du mois de février? Nous disputerons sept de nos neuf matchs sur la route (en raison de la présentation du tournoi bantam à Granby) et nous aurons des séquences de six matchs en 10 jours et de huit matchs en 16 jours. Juste avant les séries, ça ne sera pas du gâteau...»

Mais ça va lui permettre de garder ses joueurs sur le qui-vive, ce qui n'est jamais une mauvaise affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer