David Grégoire et les Braves: un mariage parfait

Dès son premier week-end avec les Braves, David... (Fournie Ligue midget AAA)

Agrandir

Dès son premier week-end avec les Braves, David Grégoire (à droite) a eu de l'impact sur sa nouvelle équipe.

Fournie Ligue midget AAA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Farnham) Les partisans des Braves de Farnham vont faire connaissance avec un joueur de grand talent, dimanche en fin d'après-midi à l'aréna Madeleine-Auclair, alors que la troupe de Patrick Bergeron va disputer son dernier match local du calendrier régulier face aux Draveurs de Trois-Rivières.

Cet athlète, c'est David Grégoire, qui devrait jouer quelque part dans la LHJMQ, mais qui a décidé de mettre résolument la priorité sur ses études et sur son avenir.

L'attaquant de 17 ans, qui vient de Saint-Valentin, a déjà eu un impact important sur sa nouvelle équipe le week-end dernier tandis que les Braves participaient au tournoi de Blainville: en six matchs, il a amassé 13 points! Et il était «rouillé», lui qui n'avait pas joué au hockey depuis trois mois.

«Je suis content d'être de retour sur la patinoire, a lancé Grégoire, un peu avant le départ des Braves pour Plessisville, où ils avaient rendez-vous avec le puissant V. Boutin, vendredi soir. Le hockey me manquait, mais pas nécessairement tout ce qui vient avec, soit la grosse pression et les entraînements quotidiens.»

À Farnham, Grégoire a trouvé lefit parfait: les Braves jouent à l'intérieur d'un circuit qui offre un bon calibre de hockey, mais la pression est moindre que dans la LHJMQ ou même dans la Ligue junior du Québec et l'équipe ne s'entraîne qu'occasionnellement.

Choix de troisième ronde des Huskies de Rouyn-Noranda en juin 2014, Grégoire a amassé 14 points en 13 matchs de séries avec les Riverains du Collège Charles-Lemoyne le printemps dernier. Et il a été un des derniers joueurs retranchés par l'équipe de la LHJMQ lors du dernier camp d'entraînement.

«J'ai regardé ça et je me suis dit: si je ne suis pas capable de percer l'alignement des Huskies à 17 ans, mes chances de faire carrière chez les pros sont minces. Je suis rentré à la maison et j'ai décidé de mettre mes priorités ailleurs.»

Ses priorités, c'est son cours en gestion et exploitation d'entreprise agricole qu'il suit au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu ainsi que son travail sur la ferme familiale.

«L'agriculture me passionne depuis toujours. Si je travaille bien, je vais peut-être prendre la relève de mon père un jour. Mon avenir, c'est là qu'il se trouve, pas au hockey.»

Il a néanmoins disputé un match avec le Collège Français de Longueuil, dans la LHJQ, en octobre.

«Ça s'est très bien passé, mais je trouvais que le hockey de la LHJQ représentait un engagement trop prenant compte tenu de mes disponibilités.»

Chez lui

David Grégoire, qui fait 5'10'' et 175 livres, avoue qu'il s'est rapidement senti chez lui dans le vestiaire des Braves.

«J'ai été très, très bien accueilli, a-t-il dit. On m'a rapidement fait sentir à l'aise, on m'a rapidement fait comprendre que j'étais chez moi. J'étais content.»

Au tournoi de Blainville, où les Braves ont atteint la finale, Grégoire a fait un excellent duo avec Mathieu Gareau. Il jouait à l'aile, mais il peut aussi bien jouer au centre.

«Les Braves ont de grandes ambitions et d'après ce que j'ai vu, l'équipe peut effectivement se rendre loin. L'aventure s'annonce fort intéressante...»

Et avec un joueur de sa qualité, l'équipe améliore pour la peine ses chances d'atteindre ses objectifs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer