Le départ des Rams laisse un goût amer à St. Louis

Les propriétaires de la NFL ont donné le... (Associated Press)

Agrandir

Les propriétaires de la NFL ont donné le feu vert au déménagement des Rams à Los Angeles, dès la saison 2016.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jim Salter
Associated Press
St. Louis

La NFL laisse encore tomber St. Louis et cette fois, le maire n'a pas l'intention de quémander le retour du circuit dans sa ville.

Mardi, les propriétaires de la ligue ont donné le feu vert au déménagement des Rams à Los Angeles, dès la saison 2016. St. Louis perd ainsi un club pour la deuxième fois en trois décennies. Les Cards ont quitté pour l'Arizona en 1987, privant la ville de football jusqu'en 1995, quand les Rams ont quitté L.A. pour s'installer au Missouri.

St. Louis espérait que le projet d'un stade riverain d'un milliard $ séduirait la NFL, mais on l'a jugé inadéquat. La décision de mardi laisse aussi le choix aux Chargers d'emménager avec les Rams à Inglewood, où le proprio de ces derniers, Stan Kroenke, planifie bâtir un stade de 1,86 milliard $.

Le maire de St. Louis, Francis Slay, en a eu sa dose. Il dit que la NFL a fait poireauter sa ville et que la ligue n'a jamais considéré bloquer Kroenke.

«Pour eux, les villes des équipes et leurs partisans sont des commodités qu'on peut laisser tomber s'ils ne rentrent plus dans leur moule, a dit Slay. Je suis très frustré envers la NFL, très déçu aussi. Ils ont été malhonnêtes. Ils ont caché des choses. Je n'ai pas le goût d'essayer de ramener un club ici.»

Le projet du stade demandait 400 M $ en fonds publics, avec la ligue et Kroenke sollicités pour le reste. On voulait dynamiser un secteur où foisonnent des bâtiments vides, tout juste au nord de la fameuse Gateway Arch.

Dans la région de St. Louis, la mélancolie se mélangeait à la colère, mercredi. «L'argent parle alors que Kroenke tourne le dos à St. Louis», a titré le Post-Dispatch.

«Les Rams sont de retour», a claironné à l'opposé le L.A. Daily News, avec en évidence une photo triomphante de la mascotte de l'équipe, Rampage.

Les Rams ont brillé de 1999 à 2003 avec deux présences au Super Bowl, dont une victoire. Ils n'ont toutefois pas connu de saison gagnante depuis ce temps.

Slay a dit que la perte des Rams est un dur coup pour l'ego de la ville, à court terme, mais il ajoute que St. Louis va survivre. «Nous allons de l'avant, a dit Slay. Nous allons très bien nous en tirer sans football de la NFL.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer