Stéphane Waite à Granby: l'abécédaire du gardien de but

L'entraineur des gardiens de but du Canadien de... (Photo Alain Dion)

Agrandir

L'entraineur des gardiens de but du Canadien de Montréal, Stéphane Waite, a livré de nombreux conseils sur la base du travail d'un portier, devant une quarantaine de jeunes cerbères granbyens.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Plus d'une quarantaine de jeunes cerbères granbyens ont pu profiter de l'énorme bagage d'expériences accumulées par l'entraîneur des gardiens de but du Canadien de Montréal, Stéphane Waite, hier, lors d'une clinique de hockey très spéciale au centre sportif Léonard-Grondin.

Il faut l'avouer, il est très étonnant de voir M. Waite à Granby, au beau milieu de la saison de son équipe. Ce dernier profite d'un petit répit de quatre jours pour venir livrer ses conseils aux jeunes gardiens, «au meilleur de sa connaissance».

«Je trouvais ça important de pouvoir leur enseigner quelque chose, qu'ils puissent avoir mes conseils», a souligné l'entraîneur de Carey Price, au terme de la clinique qui aura duré près de deux heures.

Stéphane Waite s'est déplacé ici à la demande de son ami Marc Delorme, enquêteur de la police de Granby. En effet, tous deux ont grandi à Sherbrooke. «Je n'ai pas pu refuser!», glisse-t-il.

Les 45 gardiens présents pour écouter les conseils de Stéphane Waite en sont ressortis grandis. Peu importe les couleurs portées, l'âge ou le gabarit, tous étaient accrochés aux lèvres de leur invité spécial.

L'entraîneur des gardiens du CH est revenu sur la base du travail d'un portier, démontrant quoi faire lors de plusieurs situations qui surviennent souvent lors d'un match.

Quelle position employer dans le filet? Comment bien effectuer ses déplacements? Comment bien utiliser son bâton? Comment réagir lorsqu'un lancer frappé est tenté? Stéphane Waite a eu réponse à tout.

«Vous devez trouver le moyen de voir la rondelle en tout temps», a-t-il lancé sur la glace, alors que tous ses élèves écoutaient attentivement ses paroles, certains hochant la tête.

«Si vous retenez la moitié de tout ce que j'ai dit ce soir, c'est déjà bon, car on en a passé du stock!», rigole-t-il.

Les qualités d'un gardien

Après une heure sur la glace, Stéphane Waite et les jeunes gardiens se sont retirés dans un local pour que l'homme de hockey puisse mieux répondre aux questions qui leur brûlaient les lèvres. Waite, très sympathique et attentif aux jeunes, a répondu à tout.

«C'est quoi les meilleures qualités d'un gardien de but?», lance un jeune homme candide.

«Lorsqu'on pratique, il faut tout faire parfaitement. Car si on prend de mauvaises habitudes en pratique, ça va revenir dans les matchs», répond Stéphane Waite, prenant bien soin de réfléchir avant de répondre. Il ajoute qu'un bon gardien doit toujours être prêt à faire les efforts pour corriger le moindre défaut. Il doit posséder de bonnes qualités athlétiques, «mais c'est quelque chose qui se développe».

L'entraîneur dans la LNH a également donné un conseil qu'il a adressé aux gardiens qu'il a entraînés, comme Corey Crawford, Antti Niemi ou Nikolai Khabibulin. «Après qu'ils aient accordé un but, ils ont 30 secondes pour faire trois choses. Accepter la situation. Analyser ce qu'ils auraient pu faire différemment. Passer à autre chose. [...] Il faut être fort mentalement pour être un bon goaler», est-il convaincu.

Carey Price

«Carey Price est un des gardiens les plus faciles à coacher, car il est toujours prêt à s'améliorer et il est toujours prêt à s'entraîner. C'est pourquoi il est l'un des meilleurs gardiens au monde», affirme Waite, très fier de son gardien vedette.

«C'est quoi la faiblesse de Carey?», demande un jeune.

«Je te le dirais pas, même s'il en avait une! Chaque fois que je remarque un défaut, on arrive à le corriger rapidement, c'est pourquoi il est si bon», réplique Stéphane Waite.

Et quand va-t-il revenir, le précieux Carey Price?

«Il va être de retour en 2016...»

Les portiers des Inouks en profitent

Les deux gardiens des Inouks de Granby, Benjamin Avoine-Jean et Nathan Ward-Raymond, ont servi de cobayes à Stéphane Waite, lundi, pendant sa clinique de hockey. C'est un souvenir qui restera gravé dans leur mémoire.

«C'est certainement quelque chose que l'on pourra raconter à nos enfants, lorsqu'on va en avoir», confie Ward-Raymond, très content de son expérience.

Les deux porte-couleurs granbyens conviennent que l'exercice a été formateur, même si c'était du déjà-vu. «Ça nous montre que ce qu'on apprend ici, ça a du bon sens, car Stéphane [Waite] nous a dit sensiblement les mêmes choses», rajoute-t-il.

De son côté, Benjamin Avoine-Jean confirme qu'un conseil lui a été très utile. «Souvent, je suis porté à me laisser tomber trop rapidement, car ça me sécurise. Mais là, on s'est fait encourager à rester debout le plus longtemps possible et c'est que je vais tâcher de faire», affirme le numéro 33.

«Ce qui m'a étonné, c'est qu'il a dit qu'il aime prioriser les forces des gardiens et travailler sur elles, sans trop modifier leurs façons de faire. On voit souvent les coachs de gardien essayer de trop modifier les habitudes, ce qui rend notre travail moins naturel», avance le numéro 30, Nathan Ward-Raymond.

«Il était très à l'aise avec les jeunes et dans ce qu'il disait, concluent les deux gardiens des Inouks. Il savait de quoi il parlait et ça paraissait. C'était le fun et c'est un très bon gars.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer