Petry blessé, Subban et Markov réunis

Une blessure à Jeff Petry, qu'il traîne depuis... (Archives La Presse)

Agrandir

Une blessure à Jeff Petry, qu'il traîne depuis quelques rencontres selon Michel Therrien et qui le tiendra à l'écart du jeu samedi, permettra de réunir P.K. Subban et Andrei Markov.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Brossard

S'il faut se fier à ce que l'on a vu vendredi lors de la séance d'entraînement, il y aura un mélange d'ancien et de nouveau au sein des paires de défenseurs du Canadien samedi soir lors de la visite des Penguins de Pittsburgh.

Une blessure à Jeff Petry, qu'il traîne depuis quelques rencontres selon Michel Therrien et qui le tiendra à l'écart du jeu samedi, permettra de réunir P.K. Subban et Andrei Markov. Le duo avait été séparé au lendemain d'un match difficile contre les Sharks de San Jose, à la mi-décembre.

L'absence de Petry, par ailleurs, mènera au retour de Greg Pateryn au sein de la formation. Mark Barberio et Alexei Emelin, excellents ensembles depuis trois matchs, formeront la troisième paire.

Au sujet de Petry, blessé au bas du corps, Therrien a dit peu de choses si ce n'est qu'il ne s'attend pas à une absence de longue durée. Après la rencontre de samedi, la prochaine sortie du Canadien n'aura lieu que le jeudi 14, à Montréal, contre les Blackhawks de Chicago.

Petry a déjà manqué deux matchs cette saison, ceux des 21 et 22 décembre à Nashville et au Minnesota. Le 19 décembre, il avait été victime d'une dure mise en échec de l'attaquant Jamie Benn, des Stars de Dallas.

Depuis son retour, en six rencontres, Petry a inscrit une aide et il affiche un différentiel de moins-2.

Promotion

Par ailleurs, Barberio a eu droit à une belle surprise avant le début officiel de la séance d'entraînement, alors qu'il s'est exercé au sein de la deuxième vague de l'attaque à cinq, en compagnie de Nathan Beaulieu. Subban et Markov formaient la première paire.

Barberio ne savait trop comment réagir lorsque les journalistes lui ont demandé s'il voyait ce geste comme une marque de confiance. Il y a deux semaines à peine, il portait encore les couleurs des IceCaps de Saint-Jean, Terre-Neuve.

«Je ne sais pas. Je prends les choses une journée à la fois. Si le «coach» me dit d'aller sur le «power play', je vais y aller!», a lancé le défenseur montréalais.

Si ça peut le rassurer, Therrien a confirmé qu'il s'agissait d'un vote de confiance à son endroit, déjà qu'il aime le travail qu'il accomplit avec Emelin.

«C'est un gars qui est capable d'évoluer sur un jeu de puissance, et qui possède une bonne vision, a décrit Therrien. Il l'a déjà fait dans le passé et l'a fait beaucoup dans la Ligue américaine. Il a une expérience de ce côté-là.»

Barberio représente une agréable surprise, lui qui a été rappelé des IceCaps le 27 décembre, au lendemain de la défaite du Canadien à Washington. Son rendement n'est pas passé inaperçu, notamment aux yeux de Max Pacioretty. Dans les minutes qui ont suivi la victoire du Tricolore lors de la Classique hivernale, le capitaine du Canadien avait dit de lui qu'il avait été le meilleur joueur de l'équipe.

Et jusqu'à maintenant, l'idée de Michel Therrien de l'unir avec Emelin a généré d'intéressants résultats, alors que les deux défenseurs disent bien s'entendre ensemble.

«Je pense que ça va bien, estime Barberio. On s'appuie bien tous les deux. C'est agréable de jouer avec lui, car il donne de bonnes mises en échec et sépare facilement les joueurs adverses de la rondelle. Et on relance l'attaque rapidement. Il amène un peu plus de robustesse. J'essaie d'amener la vitesse, de déplacer la rondelle vite. Et la communication est bonne sur la glace.»

Emelin dit également se plaire avec Barberio, et surtout, il se sent plus à l'aise après des moments difficiles qui ont eu pour origine une légère fracture à un pied subie au tout début de novembre. Il s'est même retrouvé sur la galerie de presse lors des deux derniers matchs du Canadien en 2015.

«Je me suis blessé en bloquant un tir contre Winnipeg, et j'ai continué de jouer même si ça faisait de plus en plus mal. Le retour a été difficile et à un certain moment, j'ai perdu confiance. Mais là, je pense que ça va mieux.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer