Frédérick Gaudreau profite du moment présent

Au cours de la même semaine, Frédérick Gaudreau... (Scott Paulus, Admirals de Milwaukee)

Agrandir

Au cours de la même semaine, Frédérick Gaudreau a signé un contrat avec les Predators de Nashville et a été invité à prendre part au match des étoiles de la Ligue américaine.

Scott Paulus, Admirals de Milwaukee

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Cette signature de contrat avec les Predators est bien sûr une bonne nouvelle. Je viens de monter une autre marche vers la réalisation de mon rêve. Mais il y en a encore quelques-unes à monter...»

Frédérick Gaudreau n'est pas du genre à s'exciter pour rien ni à prendre quoi que ce soit pour acquis. On l'a déjà écrit, il a ce côté philosophe qui l'a toujours bien servi.

Non, le Bromontois n'était pas fou de joie, à l'autre bout du fil vendredi après-midi, alors qu'il réagissait à la signature de son contrat de deux ans avec les Predators de Nashville, contrat qui le rapproche clairement d'un premier match dans la Ligue nationale. En attendant la rencontre que les Admirals de Milwaukee devaient disputer aux Griffins de Grand Rapids en soirée, il était calme et posé. Comme d'habitude.

«Je connais une bonne saison et je me disais que c'était possible que la direction des Predators me fasse signe d'une façon quelconque, a-t-il raconté. Mais dans le sport professionnel, en même temps, tu ne sais jamais vraiment ce qui va arriver. Tout ça est une belle surprise!»

Gaudreau, 22 ans, connaît une excellente saison avec les Admirals, dans la Ligue américaine. Après 35 matchs, il montrait une fiche de neuf buts et 15 passes, ce qui le plaçait au premier rang des marqueurs de son équipe.

Sa progression, on le répète, est spectaculaire. La preuve, il avait amassé seulement 11 points en 43 matchs la saison dernière à Milwaukee. Il s'était même retrouvé dans la Ligue de la Côte Est le temps de 14 rencontres.

«Mon début de saison n'a pas été facile non plus, a-t-il repris. Ma place avec les Admirals a été confirmée à la dernière minute et je n'étais même pas en uniforme lors du premier match de la saison. J'ai dû travailler fort pour renverser la vapeur.»

Mais c'est là, après avoir regardé le premier match de la saison du haut des gradins, que le déclic s'est fait dans la tête de Gaudreau.

«Je me suis dit qu'il fallait que je profite du moment présent. Tout simplement. Et les choses se sont mis à bien aller...»

Gaudreau joue tellement bien qu'il a été invité à participer au match des étoiles de la Ligue américaine, qui aura lieu à Syracuse dans quelques semaines.

Un appel de David Poile

Après avoir apposé sa signature au bas de son contrat avec les Predators, Frédérick Gaudreau a reçu un appel de David Poile, le directeur général de l'équipe. Poile ne lui a rien promis.

«Il m'a félicité, il m'a dit que l'organisation était très satisfaite de ma progression et il m'a dit de ne pas lâcher, a résumé l'athlète de 6' et 195 livres. Pas de promesses, mais de bons mots. J'étais content.»

Gaudreau affirme qu'il n'espérera pas recevoir un appel de Nashville après chacun des bonnes performances qu'il livrera dans la Ligue américaine à partir de maintenant.

«Je vais continuer à travailler fort et à profiter du moment présent. Honnêtement, cette façon de faire et de voir a été bonne pour moi jusqu'ici.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer