Transactions dans la LHJQ : tranquilles, les Inouk

Le DG des Inouk Stéphane Mondou se cherche... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le DG des Inouk Stéphane Mondou se cherche un partenaire pour danser.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Quelques jours avant que ne s'ouvre la période de transactions dans la Ligue de hockey junior du Québec, Stéphane Mondou avait confié qu'il n'attendait pas à ce que les équipes du circuit soient particulièrement actives. Force est d'admettre que le directeur général des Inouk avait raison.

Près de 10 jours après l'ouverture de la période des échanges, les transactions importantes sont rares et les Inouk n'ont toujours pas bougé. Rien du tout, pas même un petit échange de choix au repêchage.

«Il faut être deux pour danser et je suis toujours à la recherche d'un partenaire!», a lancé Mondou en riant.

Les Inouk ont perdu deux joueurs dernièrement au profit de la LHJMQ: Jérémy Way-Gagnon (Drummondville) et Jacob Garon-Landry (Baie-Comeau). La priorité, affirme Mondou, est de remplacer ces deux patineurs.

«Le plan A, c'est celui-là. Le plan B, c'est d'effectuer de véritables changements, particulièrement pour ajouter de la profondeur à notre attaque. Et si jamais rien ne fonctionne, je vivrais très bien avec le fait d'avoir le même alignement que présentement, le 10 janvier.»

Mondou mentionne qu'il y a des intouchables au sein de son alignement. Mais il ne veut évidemment pas donner de noms. Les Inouk comptent également six joueurs de 20 ans, des patineurs toujours en demande à ce stade-ci de l'année.

«On en a six (Benjamin Avoine-Jean, David Bédard, Francis Robichaud, Francis Brunelle, Alex Dulude et Nicolas Lamoureux-Bisson) et on pourrait aussi en avoir encore six le 10 janvier. Comme on pourrait aussi en avoir juste trois ou quatre. Tout est possible, dans le fond.»

Mondou avoue qu'il est plutôt déçu de la façon dont ses homologues se comportent présentement. «Ça jase, ça jase, mais il ne se passe rien. À un moment donné, ça devient de la pure perte de temps.»

Il y a eu deux transactions dignes de mention jusqu'ici: Brian Lovell est passé de Terrebonne à Valleyfield en retour d'Alexandre Bolduc et de Jamie Clavet et le gardien Shawn Ouellet est passé de Valleyfield à Princeville en échange de choix au repêchage.

Bassin de joueurs limité

Stéphane Mondou est le directeur général des Inouk, mais c'est aussi un analyste fort intéressant. Et il a une bonne idée des raisons pour lesquelles le marché est si tranquille jusqu'ici.

«Le bassin de joueurs de niveau junior AAA est présentement limité, a-t-il expliqué. La plupart des alignements sont de 20, parfois 21 joueurs. Il y a plein de joueurs qui ont lâché le hockey cette année et ça paraît. Aussi, il n'y a pas de gros vendeurs. Il y a ceux qui espèrent aller loin et ceux qui veulent faire les séries. Tout le monde cherche à s'améliorer à court terme.»

Mondou s'attend tout de même à ce que les choses bougent un peu lorsque la période de transactions de la LHJMQ se terminera, le 6 janvier. «Tout devient plus simple quand les alignements des équipes juniors majeures sont coulés dans le béton.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer