La nouvelle passion de Marc Bourgeois

«Mes bâtons inspirent un sentiment de confiance et... (Fournie par Manuel Picard)

Agrandir

«Mes bâtons inspirent un sentiment de confiance et de puissance», explique Marc Bourgeois.

Fournie par Manuel Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) «Je suis encore fou du baseball et j'ai clairement la fibre entrepreneuriale. Alors, j'ai décidé de me lancer en affaires... dans le baseball!»

Marc Bourgeois est excité. Dimanche après-midi, à l'occasion du match que les 4 Chevaliers vont disputer à une équipe de personnalités réunies par Russell Martin dans un complexe intérieur à Terrebonne, il va procéder au lancement du produit sur lequel il travaille depuis un an: des bâtons de baseball!

Le Granbyen Bourgeois, qui habite maintenant Montréal mais qui revient constamment à Granby, fabrique ses bâtons de ses propres mains. Si vous tombez sur un bâton de marque MÄRK Lumber quelque part, sachez qu'il a été fait par Bourgeois dans son petit atelier de Saint-Paul-d'Abbotsford.

«J'ai eu l'idée il y a environ un an, explique-t-il. Sur la terre de mon père, quand j'étais plus jeune, j'aimais travailler le bois, avec une certaine habilité je dois avouer. Et comme je n'ai jamais décroché du baseball, je pense que je cherchais inconsciemment une façon d'y remettre les pieds. Fabriquer des bâtons, ça pourrait être l'fun, que je me suis dit...»

Au printemps, il a envoyé un prototype à un entraîneur dans un des collèges qu'il a fréquentés à l'époque dans le sud des États-Unis. L'homme de baseball a aimé le produit et il a commandé une douzaine de bâtons à Bourgeois. Le projet de l'ancien voltigeur allait devenir une réalité, quelque chose de concret.

Il a continué à fabriquer des bâtons. Et chaque fois, les utilisateurs se sont montrés satisfaits.

«Je conçois mes bâtons avec de l'érable. J'ai joué au baseball professionnel et je sais ce que les joueurs recherchent dans un bâton: ils veulent que le bâton leur inspire un sentiment de confiance et de puissance. C'est ce que je mets dans mes bâtons.»

Mais voilà, Bourgeois n'est pas tout à fait seul dans l'aventure. Son épouse Roxann met sa touche en conception graphique.

«Roxann apporte un niveau de détails et de minutie qui nous distingue des autres. Tout ça part de ma passion pour le baseball, mais c'est devenu un beau projet de couple.»

Bourgeois ne sait pas où l'aventure va l'amener. Il vise le marché nord-américain et il pense qu'il y a une place pour ses bâtons parmi l'élite amateur.

On aime fabriquer des bâtons de baseball au Québec. La compagnie B45, qu'a récemment achetée Éric Gagné, fournit des bâtons par centaine aux professionnels. Elle a été fondée en 2004 par Michel Laplante, grand patron des Capitales de Québec.

«B45 fabrique ses bâtons à partir de merisiers, précise Marc Bourgeois. Tant mieux si le Québec devient un expert dans l'art de fabriquer des bâtons. Car je vous le dis, c'est tout un art!»

Heureux

Marc Bourgeois est devenu membre des 4 Chevaliers l'été dernier. Voilà pourquoi il a choisi un match de la fameuse équipe pour lancer son produit.

«J'ai beaucoup de plaisir avec les gars, lance-t-il. C'est du softball, mais c'est du gros calibre et ça me permet de rester en contact avec le terrain. Partout où on passe, les gens sont contents de nous voir.»

Dans la vie de tous les jours, Bourgeois, quand il ne fabrique pas ses bâtons, est gestionnaire de projets dans le monde de la construction. Il a l'air heureux.

«J'ai une femme extraordinaire, un bon emploi et je tripe fort à fabriquer mes bâtons. Je ne rêve plus de faire carrière au baseball, mais j'ai d'autres belles ambitions.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer