Boxe : sortie honorable de Bute

Les attaques de Bute ont trop souvent raté... (Le Soleil)

Agrandir

Les attaques de Bute ont trop souvent raté la cible très mouvante qu'était DeGale pour sa première défense.

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lucian Bute a perdu. Peut-être perdu son dernier essai au sommet. Trois ans et demi après son échec lamentable contre Carl Froch, il a offert une performance plus convaincante contre James DeGale, samedi soir, au Centre Vidéotron de Québec. Mais s'est encore retrouvé dans le coin du perdant. 

Décision unanime. C'est le verdict des trois juges. Le Portoricain Nelson Vazquez a remis une carte de 116-112, tandis que l'Anglais Phil Edwards et le Québécois Benoît Roussel ont noté le spectacle 117-111 en faveur du champion en titre. Sous les huées de quelque 8000 spectateurs enthousiastes vendus à Bute, alors que l'horloge marquait 1 h 20.

La première cloche s'est fait entendre à 0 h 29, la dernière, à 1 h 18. Entre les deux, le Québécois d'origine roumaine de 35 ans a bien tenté de récupérer la ceinture qu'il a détenue durant quatre ans et demi, jusqu'en 2013. Ses attaques ont toutefois trop souvent raté la cible très mouvante qu'était DeGale pour sa première défense.

Bute encaisse un troisième revers en 35 combats chez les professionnels, tandis que DeGale remporte une 22e victoire en 23 sorties.

La Grande-Bretagne peut s'enorgueillir d'abriter 11 champions du monde de boxe en même temps. Plus tôt dans la journée, le poids lourd Tyson Fury avait inscrit son nom au sommet de la liste en prenant la mesure de Wladimir Klitschko par décision unanime, à Düsseldorf, en Allemagne.

Stevenson et Kovalev se disent oui

Avant le clou de la soirée, outre les victoires des Eleider Alvarez, Sébastien Bouchard et Yves Ulysse fils, l'action se déroulait en partie dans l'assistance. Pas que les milliers d'amateurs réunis pour ce premier gala de boxe au Centre Vidéotron étaient si animés.

Plutôt parce que dans la première rangée, Adonis Stevenson et Sergey Kovalev ont scellé leur futur commun. Les deux champions du monde des poids mi-lourds se sont entendus pour un combat d'unification en juin.

Arrivé vers 21 h 30, un Stevenson tiré à quatre épingles est d'abord passé devant Kovalev, coiffé d'une calotte blanche, avant de rebrousser chemin et lui servir une franche poignée de main.

«J'ai parlé avec Kovalev et on a décidé de se croiser, c'est de ça qu'on parlait», a révélé le détenteur du titre du WBC des 175 livres. Kovalev détient pour sa part la part du lion du côté de la WBA, de l'IBF et de la WBO.

«Je n'ai pas de problème à partager la bourse 50-50, le seul problème, c'est la télé. Et eux sont encore sur HBO. Ça va prendre un contrat signé», a ensuite tempéré Stevenson.

Là est tout le noeud de l'affaire. La télé. Stevenson est lié à Showtime, Kovalev attaché à HBO. Le monde de la boxe professionnelle est scindé en deux. Les deux chaînes payantes américaines ne fraternisent pas.

«Kovalev sait très bien que s'il veut faire beaucoup d'argent, il faudra séparer. Je lui ai dit de laisser les discussions aux gérants. Mais je vois que Kathy Duva parle encore de HBO. Ça peut se faire sur les deux réseaux, ça s'est fait pour Mike Tyson, Floyd Mayweather. Nous, on est ouverts, c'est de leur côté que je vois qu'il y a un blocage», a expliqué le Québécois de 38 ans originaire d'Haïti.

Russe de 32 ans résidant en Floride, Kovalev est au Québec en bonne partie pour une conférence de presse tenue lundi à Montréal pour mousser son affrontement du 30 janvier contre Jean Pascal, au Centre Bell. Il est accompagné de sa gérante Kathy Duva, la puissante patronne de Main Events.

«Ça me tente, je suis vraiment outillé. Kovalev n'a pas encore affronté un bon gaucher. Les quatre ceintures, je veux les avoir», insiste Stevenson. Et Pascal, qui profite de chaque occasion pour provoquer son compatriote et qui, lui, a un contrat en poche pour affronter Kovalev une deuxième fois? «Jean Pascal vit dans le déni», a jeté Stevenson. «Quand je l'ai rencontré, je lui ai dit s'il gagne contre Kovalev, on va se battre, c'est sûr et certain. C'est les ceintures qui m'intéressent.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer