Demande d'une suspension à vie pour Platini

Michel Platini purge actuellement une suspension de 90... (Archives Associated Press)

Agrandir

Michel Platini purge actuellement une suspension de 90 jours à la suite d'un paiement de deux millions $ de la FIFA qu'il a reçu en 2011 à titre de salaire avec effet rétroactif.

Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Paris

La commission d'éthique de la FIFA a demandé une suspension à vie pour Michel Platini, affirme l'avocat du Français, une mesure qui écarterait le président de l'UEFA de la course à la succession de Sepp Blatter.

Thibaut d'Ales a déclaré à l'Associated Press que la sanction maximale a été demandée lorsque le service des enquêtes du comité d'éthique de la FIFA a présenté son rapport final.

Platini sera entendu par le juge à l'éthique de la FIFA, Joachim Eckert, en décembre.

«Cette requête disproportionnée nous convainc vraiment de l'absence totale de crédibilité de cette commission, a déclaré Ales lors d'un entretien téléphonique. Il n'y a pas un seul élément tangible dans cette affaire qui peut confirmer les soupçons.»

Platini purge actuellement une suspension de 90 jours à la suite d'un paiement de deux millions $ de la FIFA qu'il a reçu en 2011 à titre de salaire avec effet rétroactif. Il a travaillé comme conseiller du président Blatter de 1998 à 2002, qui fait également l'objet d'une enquête de la commission d'éthique.

Platini nie avoir commis un acte répréhensible et a expliqué qu'il avait une entente verbale avec Blatter pour toucher cet argent.

Eckert devrait prononcer ses verdicts dans les cas de Platini et Blatter en décembre. Toute sanction peut être contestée devant le comité d'appel de la FIFA et le Tribunal arbitral du sport.

D'Ales a révélé qu'il a été informé de la demande de la commission d'éthique, lundi, et a décidé de la rendre publique après une fuite dans la presse française. Il a ajouté que l'objectif de la FIFA est de prouver qu'il n'y avait pas de contrat entre Platini et Blatter.

«Évidemment, nous avons la preuve qu'un tel accord existait, a déclaré D'Ales. Nous la soumettrons au TAS, qui va examiner l'affaire dans un délai assez court.»

Un porte-parole des procureurs de la FIFA a refusé de confirmer la nature de la sanction qui a été demandée la semaine dernière.

«Nous sommes en droit de commenter, mais nous avons décidé pour des raisons de droits de la personne et de la présomption d'innocence ne pas publier la demande, a déclaré Andreas Bantel à l'Associated Press en entretien téléphonique. Si M. Platini veut commenter la demande, il est en droit de le faire.»

Rétablir sa réputation

Platini cherche à rétablir sa réputation et à se présenter comme candidat à l'élection présidentielle de la FIFA, prévue le 26 février, pour succéder à Blatter, qui a démissionné. Blatter a fait connaître ses intentions de quitter son poste, le 2 juin, sous les pressions d'enquêtes fédérales américaines et suisses pour corruption.

Platini a été interrogé, le 25 septembre, aux bureaux de la FIFA à la fois comme «un témoin et accusé», selon le procureur général Michael Lauber.

Une suspension à vie de la FIFA a déjà été renversée par le TAS dans le passé.

La suspension par la FIFA du Qatari Mohamed ben Hammam avait été infirmée en appel en juillet 2012, plus d'un an après que des allégations de corruption eurent mis fin à sa campagne présidentielle contre Blatter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer