Lyne Bessette... contre le vent

Lyne Bessette se dit honorée de faire l'objet... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Lyne Bessette se dit honorée de faire l'objet d'un documentaire.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans le cadre de la série «25 ans d'émotions», le Réseau des sports présentera un documentaire portant sur la carrière de Lyne Bessette, jeudi soir. Le titre, Contre le vent, résume plutôt bien ce que l'athlète originaire de Knowlton a vécu au cours de toutes ces années à vélo.

«Quand les gens de RDS m'ont appelée pour me faire part de leur projet, j'ai répondu: "Non! Non! Non!", lance-t-elle. J'ai réagi ainsi parce que je n'avais pas envie de passer encore pour la méchante ou la jalouse. Mais lorsqu'ils m'ont expliqué comme il faut ce qu'ils voulaient faire, j'ai accepté. Et je suis satisfaite du résultat.»

Car malgré les succès de Lyne Bessette, et bien qu'elle ait été une des meilleures cyclistes de l'histoire du Canada, son destin sera toujours lié, semble-t-il, à celui de Geneviève Jeanson. Et il est question pour la peine de la rivalité qui a opposé les deux athlètes dans Contre le vent.

«C'est vrai qu'il en est beaucoup question, mais je pense que c'est bien amené, reprend-elle. Qu'on le veuille ou non, Geneviève et moi, on était toujours là ensemble et elle fait partie de ma carrière. Le sujet est impossible à éviter. Mais ce que j'aime, c'est qu'on ne me pose pas de questions sur le dopage dans le documentaire. C'est le journaliste Luc Bellemare qui répond aux questions, disons plus délicates...»

Bessette a effectivement été considérée par plusieurs comme une méchante ou une jalouse. Mais lorsqu'on a appris que Jeanson était dopée, qu'elle avait triché, la perception de nombreuses personnes a changé.

«On a pris Geneviève et on lui a tout donné afin qu'elle performe, raconte Manon Jutras, ex-coéquipière de Bessette, dans le documentaire. À l'opposé, on n'a rien donné à Lyne, qui s'est quand même hissée parmi les meilleures cyclistes au monde. Vraiment, c'est incroyable ce qu'elle a accompli.»

«Tout ce que Lyne a réussi, elle l'a réussi grâce à ses qualités personnelles et grâce au travail qu'elle y a mis, enchaîne Eric Van den Eynde, qui a été son entraîneur. Elle peut se regarder dans le miroir et être très fière d'elle.»

De l'émotion

Il y a aussi de l'émotion, de la belle émotion dans Contre le vent. Comme lorsque Lyne Bessette parle de ses parents, qui l'ont toujours soutenue. Et quand M. Bessette parle de sa fille.

«Ils ont toujours, toujours, toujours été là pour moi, lance-t-elle. À l'époque où je faisais de l'athlétisme, ils étaient là tout le temps, qu'il fasse beau ou qu'il pleuve à boire debout. Pendant ma carrière en cyclisme, ils sont venus m'encourager jusqu'en France. J'étais contente qu'on leur demande d'être dans le documentaire.»

En bout de ligne, Bessette avouera qu'elle est honorée de faire l'objet d'un documentaire.

«Ça fait un p'tit velours, c'est vrai. Ça doit vouloir dire que j'ai réussi quelque chose de bien. J'ai toujours travaillé fort et c'est l'fun de voir que les gens le reconnaissent.»

À 40 ans, Lyne se promène toujours entre les États-Unis (elle habite le nord de Boston avec son mari) et la région. Et elle est restée très proche du monde du sport, notamment en organisant des événements ici et de l'autre côté de la frontière.

«Je suis bien aux États-Unis, mais je suis toujours bien chez nous aussi. Je serais incapable de ne pas revenir dans la région souvent», termine-t-elle.

Réalisé par Philippe-André Moreau, Contre le vent sera présenté jeudi, à 20 h 30. Les fans de Lyne Bessette sont invités à un visionnement au Centre national de cyclisme de Bromont, le même soir. L'entrée est gratuite, mais il faut réserver sa place.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer