Maroons-Turmel: une victoire de chaque côté

Les Maroons 2.0 ont arraché une victoire en... (Julie Catudal, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les Maroons 2.0 ont arraché une victoire en prolongation face à Lac-Mégantic vendredi soir, avant de s'incliner de la même manière le lendemain.

Julie Catudal, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Waterloo) La série aller-retour qui opposait les Maroons 2.0 de Waterloo et le Turmel de Lac-Mégantic ce week-end aura été âprement disputée, les deux parties nécessitant la tenue d'une prolongation. Les deux clubs se sont finalement séparé les honneurs de la confrontation.

«Ça laisse un peu un goût amer. Quand tu fais tout le chemin pour aller à Mégantic et que tu vas chercher la victoire, tu t'attends aussi à gagner à la maison le lendemain», regrette l'entraîneur-chef et directeur général des Maroons 2.0, Michel Deschamps.

«En même temps, trois points sur quatre, c'est pas la fin du monde.»

L'action s'est mise en branle à Lac-Mégantic vendredi soir. Si le pointage était de 2-1 à l'avantage des visiteurs après 20 minutes de jeu, la deuxième période a pris des allures de festival offensif. Philippe Bolduc a mené le réveil du Turmel, lui qui a successivement mis la table pour les filets de Louis-Charles Hallé (2), Étienne Bédard et Nicolas Demers.

Olivier Laliberté s'est alors amené en relève de Félix Guilbault devant le filet waterlois. Un changement qui semble avoir fouetté les Maroons 2.0, qui ont créé l'égalité - par l'entremise de Maxime Guyon, Mathieu Papineau et Jonathan Bouchard - avant la fin du second tiers.

«Félix, ça ne tournait pas pour lui. Oli (Laliberté) n'a rien donné et ça nous a permis de revenir dans le match. Quand ça ne va pas, ça ne va pas et on change», explique l'entraîneur Deschamps.

La marque de 5-5 est demeurée inchangée jusqu'à la fin du temps réglementaire.

Émeric Hudon est parvenu à faire la différence en surtemps pour Waterloo, inscrivant un but controversé aux dépens du gardien Jonathan Fortier (42 arrêts).

Notons que deux bagarres ont éclaté durant ce premier match.

La vengeance du Turmel

Les 571 spectateurs réunis à l'aréna Jacques-Chagnon samedi soir ont également eu droit à de nombreux rebondissements.

Après avoir porté le score à 4-1 grâce à trois buts sans réplique en deuxième période, le Turmel croyait bien avoir fait pencher la balance de son côté. Les Maroons n'ont toutefois pas tardé à reprendre du poil de la bête, Guyon et Alexandre Labrosse réduisant l'écart avant le retour au vestiaire. Une bataille entre Francis Casavant et Sébastien Roy a ensuite donné le ton à la troisième période. Puis l'ancien des Inouk Jason Crack a ramené tout le monde à la case départ (4-4) en milieu d'engagement.

Le match s'est finalement transporté en prolongation, mais celle-ci aura été de courte durée. Alexis Bernier a permis à Lac-Mégantic de venger la défaite subie la veille. «On avait une trentaine de secondes à écouler à quatre contre trois. Notre joueur venait de sortir du banc, mais on a échappé la rondelle dans le fond de la zone. Ils (Lac-Mégantic) l'ont amenée au filet et elle est rentrée», raconte Michel Deschamps.

Le gardien Laliberté a encaissé la défaite pour Waterloo.

Présentant une fiche de 4-1-1 après six parties, les Maroons 2.0 occupent le quatrième rang au classement de la Ligue de hockey senior A de la Mauricie - qui rassemble onze équipes.

Par ailleurs, notons que l'organisation waterloise devrait procéder à une «annonce au niveau de la robustesse» en cours de semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer