La gratitude de Brendan Gallagher a ses limites

Brendan Gallagher continue d'entretenir des liens étroits avec... (archives La Presse)

Agrandir

Brendan Gallagher continue d'entretenir des liens étroits avec son ancien coéquipier et mentor Josh Gorges, plus d'un an après le départ du vétéran défenseur maintenant rendu chez les Sabres de Buffalo.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne
Brossard

Brendan Gallagher continue d'entretenir des liens étroits avec son ancien coéquipier et mentor Josh Gorges, plus d'un an après le départ du vétéran défenseur maintenant rendu chez les Sabres de Buffalo.

«On s'échange des textos habituellement tous les dimanches après une défaite des Colts d'Indianapolis (de la NFL)», a lancé à la blague le jeune ailier droit du Canadien, jeudi.

Gallagher est très reconnaissant pour tout ce que Gorges a fait pour lui à son arrivée chez le Tricolore, en 2013. Gorges et sa conjointe, Maggie, l'ont accueilli en pension à leur domicile pendant deux saisons, incluant la saison 2013 écourtée. Mais la gratitude à une limite pour le pugnace Gallagher. Une limite qui ne franchit jamais les bandes d'une patinoire!

Gorges et Gallagher comptent déjà quelques bonnes batailles ensemble devant le filet des Sabres, la saison dernière.

Gorges n'a pris part qu'à deux des quatre premiers duels contre son ancienne équipe puisqu'il a dû s'absenter en raison de blessures.

On ne doit pas s'attendre à ce que les deux hommes s'épargnent, vendredi, à l'occasion de la première confrontation entre les équipes cette saison.

«J'ai réellement apprécié les deux saisons que j'ai passées chez Josh, a rappelé Gallagher. Tout ce que Maggie et lui ont fait pour moi, ça représente énormément. Josh m'a aidé à devenir un professionnel, et je ne le remercierai jamais assez pour ça.»

Gorges ne doit pas s'attendre pour autant à recevoir des politesses de Gallagher sur la glace.

«Josh est très compétitif, comme moi. Il ne me ménagera pas, comme il le fait avec quiconque, a-t-il opiné. Pour l'avoir affronté la saison dernière, je sais qu'il ne me traite pas comme un ami dans le feu de l'action et je l'apprécie. On s'est colletaillé et ç'a été le «fun'. Après les matchs, on redevient des amis.»

Gorges a fort mal digéré son départ de Montréal, où il était devenu un leader incontesté du Canadien. Après avoir refusé d'être échangé aux Maple Leafs de Toronto, il est passé aux Sabres en retour d'un choix de deuxième tour en 2016, en juillet 2014. Il a ainsi pu aller rejoindre son ancien coéquipier et capitaine du CH Brian Gionta, qui venait d'accepter l'offre contractuelle de 12,75 millions $ US pour trois ans.

Gallagher a dit s'attendre à ce que ses deux anciens coéquipiers soient gonflés à bloc et ce que les Sabres soient animés de la forte volonté de mettre fin à la série de victoires du Canadien.

«Nos rivaux veulent tous nous infliger notre première défaite. La motivation ne manquera pas chez les Sabres.»

Vendredi, le CH va tenter de réussir le premier but pour la septième fois en huit matchs cette saison. Les Predators de Nashville et lui sont les deux seules équipes de la LNH qui n'ont pas encore cédé de but en première période.

«Il n'y a pas de matchs faciles et les Sabres vont être compétitifs. Nous devrons être prêts, sinon ça n'ira pas bien», a résumé Gallagher.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer