Le Max Pacioretty du dek hockey !

«Notre passion peut parfois nous mener loin. Je... (photo Janick Marois)

Agrandir

«Notre passion peut parfois nous mener loin. Je n'aurais jamais cru, quand j'ai commencé à jouer sur le terrain de l'école Saint-Luc, que le dek m'amènerait jusqu'eu Europe», explique Kevin Rousseau.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Kevin Rousseau joue au dek hockey. Et il est bon, très bon à part ça. Bon au point où il a été invité au championnat mondial de son sport, version trois contre trois, qui aura lieu en Slovaquie le mois prochain.

Le Granbyen de 28 ans joue au dek, comme un peu tout le monde appelle ça, depuis qu'il a 15 ans. Il a commencé sur la surface qu'il y avait à l'époque sur le terrain de l'école Saint-Luc. Le dek, c'est sa passion.

«J'ai joué au hockey sur glace comme tout le monde, mais je n'étais pas si bon, explique Rousseau. Mais au dek, c'est autre chose. Quand j'ai commencé, j'ai immédiatement eu la piqûre. Je jouais quatre, cinq fois par semaine. Et c'est un sport qui m'a aidé à devenir une meilleure personne.»

Rousseau joue normalement pour l'équipe commanditée par le centre Pile ou face, qui participe à des tournois partout à travers le Québec. Il a été recruté par la formation du Red Light de Montréal, plusieurs fois championne canadienne, qui représentera le Canada au championnat mondial.

«C'est surtout des gars du Québec et de l'Ontario qui ont été invités par les dirigeants du Red Light. Honnêtement, j'ai été surpris, mais ça me rend très fier.»

Rousseau se définit comme un attaquant de puissance. «Un genre de Max Pacioretty», pour reprendre ses propres mots. Chose certaine, il est bon de l'avoir au sein de son équipe.

«Je marque beaucoup de buts, mais je suis aussi responsable en défensive. Comme au hockey sur glace, il faut véritablement être complet pour être efficace.»

Même si le dek hockey est immensément populaire à Granby, Rousseau est le seul joueur de la région à avoir a été invité à prendre part au championnat mondial.

«Mais il y a plein d'autres bons joueurs en ville. D'autres auraient pu recevoir une invitation.»

Premier grand voyage

Kevin Rousseau est représentant pour un fabricant d'acier inoxydable dans la vie de tous les jours. Du 17 au 23 novembre, il réalisera plusieurs rêves.

«L'idée de pratiquer mon sport à l'international m'excite beaucoup, mentionne-t-il. Puis, ce sera mon premier grand voyage. Tout le monde veut aller en Europe et moi, je vais y aller grâce au dek. Je me considère privilégié.»

Le tournoi aura lieu à Bratislava, la capitale de la Slovaquie. On dit qu'il s'agit d'une très belle ville.

«Notre passion peut parfois nous mener loin. Je n'aurais jamais cru, quand j'ai commencé à jouer sur le terrain de l'école Saint-Luc, que le dek m'amènerait jusqu'en Europe.»

Et il insiste sur le fait que son sport a fait de lui une meilleure personne.

«À une certaine époque, j'avais une attitude de merde. Le dek m'a fait grandir, m'a fait prendre de la maturité. Ce n'est pas pour rien que les parents poussent leurs enfants à faire du sport. Dans plusieurs cas, comme le mien, ça peut être très, très bénéfique...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer