Capitales : Vallières s'attend à revenir

Cédric Vallières a complété sa première saison au... (Photo archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Cédric Vallières a complété sa première saison au baseball professionnel avec une moyenne au bâton de ,243, avec un circuit et 15 points produits.

Photo archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Roxton Pond) Même si rien n'est confirmé, Cédric Vallières s'attend à être de retour avec les Capitales de Québec, de la Ligue Can-Am de baseball indépendant, la saison prochaine.

«Le gérant Patrick Scalabrini m'a dit qu'il était très satisfait du travail que j'ai accompli et il a ajouté qu'il aimerait me revoir en 2016, explique l'athlète de Roxton Pond. Je dois avouer que ses propos m'ont rassuré.»

Vallières est débarqué à Québec au début du mois de juillet après avoir connu une excellente saison avec les Bobcats de l'Université de l'État du Texas, dont il est maintenant diplômé. En 115 apparitions au bâton avec les Capitales, le joueur de troisième coussin a frappé pour une moyenne de ,243, avec un circuit et 15 points produits.

«Je considère avoir connu une bonne saison. J'étais en confiance à chaque fois que je me présentais au bâton et, défensivement, j'ai effectué du bon boulot. Puisque j'ai été ni plus ni moins garroché dans le feu de l'action, puisque tout est arrivé très vite, j'ai eu très peu de temps pour m'adapter.»

L'athlète de 23 ans a adoré jouer pour les partisans de la Vieille Capitale.

«Québec, honnêtement, c'est malade! Les gradins du Stade municipal sont toujours bien garnis et les gens aiment vraiment leur équipe. Je ne pourrais pas jouer dans une meilleure ville au baseball indépendant.»

À moins que...

Cédric Vallières répète qu'il s'attend à revenir avec les Capitales le printemps prochain. À moins que...

«Seule la vie pourrait décider de m'amener ailleurs qu'à Québec, confie-t-il. Présentement, je me repose, je prends ça mollo à Roxton, car la dernière année a été très, très intense. Honnêtement, je ne sais même pas ce que l'hiver me réserve. On verra. Peut-être que je vais retourner aux études après les Fêtes. Tout est possible...»

Mais Vallières a envie de vivre à nouveau l'expérience du baseball professionnel. Même si on ne parle pas ici de baseball à un million$ par année.

«C'est certain que je devrai penser à mon avenir à un moment donné. On ne gagne pas sa vie en jouant seulement dans la Ligue Can-Am. Mais le baseball, c'est ma vie. Et c'est vrai que j'ai tripé fort à Québec.»

Les Capitales ont dominé plus souvent qu'à leur tour la Ligue Can-Am au fil des ans, mais ce sont les Aigles de Trois-Rivières, l'autre équipe québécoise du circuit, qui ont raflé les grands honneurs cette saison. Un triomphe qui a plus ou moins surpris Vallières.

«Les Aigles avaient quatre bons lanceurs et de la profondeur. Leur victoire est bonne pour le baseball québécois, de la même façon que les succès des Blue Jays sont bons pour le baseball canadien.»

Et à compter de ce soir, il entend justement suivre de près l'épopée des Jays en séries...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer