Frédérick Gaudreau : aller au bout du rêve

La saison dernière, Frédérick Gaudreau a disputé 43 matchs... (photo Admirals de Milwaukee)

Agrandir

La saison dernière, Frédérick Gaudreau a disputé 43 matchs avec les Admirals de Milwaukee, de la Ligue américaine. Il a amassé 11 points, dont quatre buts.

photo Admirals de Milwaukee

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Après avoir participé à son deuxième camp d'entraînement avec les Predators de Nashville, Frédérick Gaudreau se prépare à entreprendre sa seconde saison dans l'uniforme des Admirals de Milwaukee, dans la Ligue américaine. Mais voilà, n'allez pas croire qu'il a abandonné son rêve de jouer dans la Ligue nationale.

«Je vais aller au bout de mon rêve, promet le Bromontois à l'autre bout du fil. Aller au bout de mon rêve, ça veut dire que je vais tout faire pour atteindre mon grand objectif. Je vais tout faire, mais je n'ai pas le contrôle sur tout...»

À 22 ans, Gaudreau se rend bien compte que le hockey professionnel, à moins d'être une superstar, est impitoyable.

«Je me suis entraîné très fort cet été et je me suis présenté au camp des Predators en grande forme. Je me suis bien débrouillé lors du tournoi des recrues, on me l'a dit, mais je n'ai pas eu la chance de jouer lors des matchs préparatoires. À Milwaukee, je continue de me défoncer. Il n'y a pas d'autres façons de faire.»

Hier après-midi, Gaudreau n'avait pas encore eu le OK pour se louer un appartement dans la plus importante ville du Wisconsin. Mais puisqu'il ne restait que deux attaquants à retrancher, ça regardait plutôt bien. Les Admirals entament leur saison samedi, à Chicago.

«J'ai joué les deux matchs préparatoires du week-end (contre Rockford et encore contre Chicago) et ça s'est bien passé. J'attends la décision finale des entraîneurs. Je suis confiant.»

La saison dernière, l'ancien des Cataractes de Shawinigan et des Voltigeurs de Drummondville a joué 43 matchs avec les Admirals, lui qui a amassé 11 points, dont quatre buts. Mais il a aussi disputé 14 rencontres avec les Cyclones de Cincinnati, dans la Ligue de la côte est, où il a récolté sept points, dont cinq buts.

«Chacun a son cheminement qui lui est propre. Avant que je ne marque 32 buts à 20 ans dans la LHJMQ, il n'y en a pas beaucoup qui pensaient que je jouerais chez les professionnels. Des gars qui ont joué dans la East Coast et qui ont atteint la Ligue nationale, il y en a plusieurs.»

Un philosophe

Frédérick Gaudreau est un jeune homme calme, qui prend le temps de réfléchir avant de répondre à une question. Il peut même paraître philosophe à ses heures.

«Ce que j'ai compris, depuis que je joue chez les pros, c'est que le hockey est un milieu instable, mentionne-t-il. Plusieurs décisions se prennent à tous les jours et on ne comprend pas toujours pourquoi tel joueur a été retenu au lieu de tel autre. C'est une grosse business et ce sont parfois des considérations financières qui dictent certains choix. Chaque métier a ses inconvénients et il y en a dans le mien comme dans tous les autres. Alors, la seule façon d'espérer survivre, c'est de travailler fort, le plus fort possible, tout le temps. L'idée, en bout de ligne, est d'essayer de contrôler le peu de choses que tu peux contrôler...»

Mais voilà, il est loin de se plaindre.

«J'ai la chance de gagner ma vie en pratiquant le sport que j'aime et c'est un véritable privilège. Et tant mieux si, un jour, je fais beaucoup de sous en jouant dans la grande ligue. En attendant, je sais qu'il y a plein de gars de 22 ans qui aimeraient être à ma place.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer