Jason Crack : «J'ai hâte que ça commence pour vrai!»

«Je ne savais pas du tout à quoi... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en arrivant dans le senior, mais j'aime beaucoup ce que je vois jusqu'ici. Pour tout dire, je m'attends à passer un très bel hiver», explique Jason Crack.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Waterloo) Certains ont souri, au cours de l'été, lorsque les Maroons de Waterloo ont annoncé la mise sous contrat de Jason Crack. «Pas assez gros pour jouer dans le senior!», a-t-on entendu ici et là, dans la région et ailleurs.

Mais voilà, Crack a connu un excellent camp d'entraînement et il s'affaire déjà à faire taire ses dénigreurs. Ainsi, en trois matchs préparatoires, l'ancien des Inouk a amassé cinq points, dont trois buts. L'entraîneur Michel Deschamps s'attend à ce qu'il fasse les 400 coups au centre d'Alex Côté et de Kevin Asselin, rien de moins qu'au sein du premier trio des Maroons.

«J'ai très hâte que ça commence pour vrai! , lance Crack, qui a amassé 72 et 81 points à ses deux dernières saisons dans la Ligue junior du Québec. Honnêtement, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en arrivant dans le senior, mais j'aime beaucoup ce que je vois jusqu'ici. Pour tout dire, je m'attends à passer un très bel hiver.»

Les Maroons entameront leur première saison dans la Ligue de hockey senior A de la Mauricie ce samedi soir, alors qu'ils recevront les Barons du Cap-de-la-Madeleine à l'aréna Jacques-Chagnon. Après avoir remporté le championnat des séries éliminatoires dans la Ligue senior des Cantons-de-l'Est, ils débarquent dans un circuit où ça brasse pour la peine.

«Ça brasse, mais c'est correct, reprend le Granbyen. Je ne suis pas gros, c'est vrai, mais ma rapidité devrait me permettre de tirer mon épingle du jeu dans le senior. Bien franchement, l'élément robustesse ne me fait pas peur. En plus, selon ce que j'ai vu dans les matchs préparatoires, les durs se battent entre eux et laissent les petits joueurs tranquilles...»

Crack part d'un circuit, la LHJQ, où chaque bagarre constitue un événement tellement il y en a peu. Et il se retrouve dans une ligue où les batailles représentent le pain et le beurre du circuit.

«C'est clair qu'il y a un monde de différence. Mais ça fait partie du show et je n'ai rien contre ça. Le senior, c'est le senior. En même temps, le calibre de jeu est excellent. La plupart des gars ici ont joué au niveau junior majeur et plusieurs ont même joué chez les pros.»

Un gros club

Jason Crack a remporté la Coupe Napa avec les Inouk en 2014. Et avec les Maroons, il vise haut.

«On est solides partout, à toutes les positions, dit-il. Personnellement, je ne m'attends pas à ce qu'on perde souvent. En plus, l'esprit d'équipe est bon. Ça parait que les gars ont tout gagné la saison dernière.»

Les Maroons ont attiré des foules intéressantes en matchs préparatoires. Crack sent qu'il y a un buzz autour de l'équipe.

«La nouvelle ligue excite les gens et les joueurs. Waterloo est une bonne ville de hockey. Je le répète, je m'attends à passer un très bel hiver...», conclut-il, sourire en coin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer