Philip Sardinha : «La confiance est là»

«Si on travaille comme on a travaillé pendant... (Photo Alain Dion)

Agrandir

«Si on travaille comme on a travaillé pendant 50 minutes à Saint-Jérôme, je vous jure qu'on va gagner pas mal plus souvent qu'on va perdre cette saison», explique l'attaquant des Inouk Philip Sardinha.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Les Inouk ont beau avoir perdu leur quatrième match en cinq sorties - et leur quatrième de suite -, mercredi soir à Saint-Jérôme, le vétéran Philip Sardinha n'avait surtout pas l'air d'un gars découragé, hier après-midi, en se pointant à la séance d'entraînement de l'équipe.

«Y'a aucune raison d'être découragé!, a lancé l'athlète de 19 ans, qui avait marqué deux buts la veille. On est jeunes, les gens ne cessent de nous le répéter, mais on a beaucoup de talent à toutes les positions. Laissez-nous le temps de nous placer, laissez le temps à la sauce de prendre, et nous allons vous surprendre!»

Sardinha semblait convaincu de ce qu'il disait. Il dit même être très étonné à chaque fois qu'il entend ou qu'il lit que les Inouk forment une des pires équipes de la Ligue de hockey junior du Québec.

«La saison est longue et on a juste cinq matchs de joués. Personne dans ce vestiaire n'a l'impression d'appartenir à une équipe de bas de classement. La confiance est là. À Saint-Jérôme, on a travaillé fort et on aurait pu surprendre les Panthères si ce n'avait pas été de quelques périodes de relâchement. Si on travaille comme on a travaillé pendant 50 minutes là-bas, je vous jure qu'on va gagner pas mal plus souvent qu'on va perdre cette saison...»

Les Inouk reçoivent ce soir les Rangers de Montréal-Est (1-5), la seule équipe qu'ils ont vaincue jusqu'ici. L'occasion est belle de renouer avec la victoire.

«On n'a pas encore gagné à la maison (0-2-1) cette saison, a repris Sardinha. C'est le temps!»

Responsabilités accrues

Mercredi soir, Philip Sardinha en était à son troisième match de la saison, lui qui a été opéré au poignet gauche en mai dernier. Il compte déjà quatre buts à sa fiche.

«C'est certain qu'on me demande de m'impliquer davantage offensivement cette saison, a mentionné le Bromontois. Ça fait mon affaire, mais je sais aussi qu'il faut que je sois efficace dans les trois zones pour satisfaire l'entraîneur.»

À écouter parler David Lapierre, Sardinha aura tout le temps de glace du monde cette saison: une place sur les deux premiers trios ainsi que sur l'avantage et le désavantage numérique. Mais bien sûr, précisera le coach, il devra mériter son temps de jeu.

«Je suis prêt pour une grosse saison, a repris le principal intéressé. Je me sens bien, mon poignet ne me fait plus mal, je connais bien la ligue et j'ai l'équipe à coeur. Je suis prêt à en prendre.»

À sa première campagne avec les Inouk, il y a deux ans, Sardinha avait amassé 24 points, dont 10 buts, en 51 matchs. La saison dernière, il a récolté 32 points, dont 12 buts, en 44 parties.

«Je n'ai pas d'objectifs précis en pensant à la saison qui commence. Ce que je veux, c'est tout faire pour aider l'équipe à gagner. Tout simplement.»

Voilà déjà un gros objectif.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer