Bob Vokey, l'artisan du wedge

Bob Vokey est reconnu comme étant l'un des... (Photo Alain Dion)

Agrandir

Bob Vokey est reconnu comme étant l'un des meilleurs fabricants de wedges  au monde. Ses bâtons sont utilisés par un grand nombre de joueurs de la PGA.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Cowansville) Bob Vokey est reconnu comme étant l'un des meilleurs fabricants de wedges au monde. Il a travaillé avec de grands noms du golf tels que Tiger Woods, Phil Mickelson et Webb Simpson, pour ne nommer que ceux-là.

L'artisan, dont la réputation n'est plus à faire, était de passage au club de golf de Cowansville hier pour raconter son parcours l'ayant mené de Verdun jusqu'en Californie, où il a créé la série de cocheurs Titleist «Vokey Design».

Depuis 2004, ses wedges sont les plus prisés des joueurs de la PGA, représentant près de 40 % des cocheurs de sable et d'allée employés chaque semaine sur le circuit. Ils sont du même coup devenus l'un des modèles les plus vendus auprès des golfeurs de tout acabit.

«Je n'aurais jamais pensé à ça même dans mes rêves les plus fous, mais j'en suis très heureux. C'est vraiment spécial d'avoir la chance de travailler avec certains des meilleurs golfeurs de la planète», a-t-il confié à la fin de sa conférence.

Vokey a notamment oeuvré auprès de Woods de 1998 à 2001, période au cours de laquelle l'Américain est devenu le premier golfeur de l'histoire à détenir en même temps les quatre titres du Grand Chelem, soit le Tournoi des Maîtres, l'Open américain, l'Open britannique et le Championnat de la PGA.

Mais il assure avoir tout autant de plaisir à aider les professionnels que les golfeurs du dimanche.

«J'aime autant travailler avec le golfeur moyen que ceux évoluant sur le PGA Tour. Qu'il s'agisse d'un tournoi majeur ou d'une simple ronde, ce que j'adore, c'est d'aider les golfeurs à améliorer leur jeu et à apprécier ce beau sport puisqu'il n'y a rien de mieux que de frapper un beau coup.»

Une passion familiale

Élevé à Verdun, ce n'est que vers l'âge de 25 ans, moment où il déménage à Carlsbard, près de San Diego, que M. Vokey commence à développer une passion pour le golf, tout comme son père qui aimait bien modifier ses propres bâtons.

Constatant qu'il n'a pas le talent pour jouer professionnellement, il réalise toutefois qu'il possède les aptitudes nécessaires pour se lancer dans la conception et la fabrication de bâtons.

Il se fait rapidement un nom dans le milieu après avoir ouvert sa propre boutique à la fin des années 70 et fabriqué des bâtons sur mesure pour certains des meilleurs golfeurs de l'époque, dont Lee Trevino.

Il est alors embauché par TaylorMade avant de faire le saut chez Titleist. Cette compagnie lui confie la tâche de concevoir de nouveaux wedges de haute performance, ce qui deviendra vite la spécialité de M. Vokey.

Plus de neuf millions de cocheurs vendus plus tard, il peut certainement dire «mission accomplie». Sa série compte divers modèles puisqu'un wedge peut varier en fonction de l'élan du golfeur, de ses préférences, de la situation de jeu et du terrain.

«Le wedge parfait n'existe pas puisqu'il peut être différent pour chaque golfeur dépendant de son style de jeu. La poignée, l'inclinaison, la tête du bâton et sa surface entrent toutes en ligne de compte», explique Vokey, qui travaille présentement avec la nouvelle vedette du golf américain Jordan Spieth, entre autres.

«Défi du jeu court»

Le cocheur est l'un des bâtons les plus polyvalents au golf. Il permet parfois de se sauver d'une fâcheuse position, notamment de sortir d'une trappe de sable ou d'atterrir le plus près du drapeau possible en ajoutant un effet à la balle lorsqu'elle tombe sur le vert.

Cela en fait l'un des outils les plus importants du jeu court. C'est dans cette optique que le club de golf de Cowansville a présenté hier un «défi du jeu court» dans le cadre de la visite de M. Vokey.

«C'est un élément majeur. Le golfeur moyen n'a peut-être pas l'habileté de frapper un coup de départ de 300 verges, mais il peut frapper les coups de 100 verges sur le vert tout comme les pros s'il se pratique beaucoup», souligne M. Vokey.

Mis en place par le responsable de l'Académie de golf de Cowansville, Pierre Dugas, et son équipe, le but du défi était d'accumuler le plus de points en effectuant les meilleurs coups d'approche et le moins de coups roulés possible.

Une partie des fonds amassés hier ira au fonds de relance du golf junior de Cowansville. Les golfeurs de tous niveaux ayant pris part à l'événement avaient aussi la chance de remporter un cocheur fait sur mesure par nul autre que M. Vokey.

Celui-ci a d'ailleurs eu de bons mots pour le club de Cowansville où il est venu jouer incognito il y a un peu plus d'un mois afin de parfaire son jeu. Le tout sous l'oeil attentif de son frère Derek, qui est le surintendant du club.

«Est-ce que ça a aidé? Pas vraiment, mais j'ai apprécié de venir jouer ici, a noté Bob Vokey en riant. Je ne suis peut-être pas impartial à cause de Derek, mais à mes yeux, il s'agit vraiment d'un beau parcours.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer