• La Voix de l'Est > 
  • Sports 
  • > Autodrome Granby : Bernard forcé d'abandonner, Hébert couronné champion 

Autodrome Granby : Bernard forcé d'abandonner, Hébert couronné champion

David Hébert a remporté son quatrième titre de... (photo Julie Catudal)

Agrandir

David Hébert a remporté son quatrième titre de champion en carrière hier soir à l'Autodrome Granby.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Un bris mécanique a privé le Granbyen Steve Bernard du titre de champion chez les modifiés hier soir à l'Autodrome Granby. C'est avec frustration qu'il a dû rentrer au bercail sans avoir pu franchir la ligne d'arrivée. Kayle Robidoux est monté sur la première marche du podium, tandis que le ONE de David Hébert a remporté championnat, son quatrième en carrière à Granby, grâce à sa6e place.

Pendant plus de vingt tours, tous se demandaient si Bernard allait pouvoir terminer la course. De la fumée s'est mise à sortir du pot d'échappement du no 54. Après une vingtaine de tours dans ces conditions, il a préféré couper le moteur, au 46e des 75 tours.

Kayle Robidoux, neuvième au classement, a pris la tête dès le départ, talonné par Steve Bernard. Au 47e tour, Alain Boisvert s'est emparé de la tête, après que Robidoux ait littéralement dominé la course jusqu'au drapeau jaune qui a permis à Bernard de sortir.

Tous deux se sont livré une chaude lutte, Robidoux reprenant les devants au 57e tour avec un dépassement par l'intérieur.

Éric Bessette, au volant du #17, a pris le chemin des puits, lui qui avait du mal à mettre les gaz, étant rattrapé par les meneurs. François Bernier a aussi eu à abandonner alors qu'il ne restait que huit tours à faire.

Hébert est devenu le deuxième pilote à remporter quatre fois le championnat granbyen. Il dit avoir connu une année en dents de scie, «mais de bonnes victoires, de bonnes courses». «On ne peut pas toutes les gagner. La compétition cette année était très forte à Granby», estime-t-il.

Il doit cependant une fière chandelle à Steve Bernard, qui a préféré abandonner lorsque la pression de l'huile a chuté. Ce dernier s'est mordu les doigts lorsqu'il a réalisé qu'Hébert était loin de la tête et ne progressait que très lentement pour gagner des positions.

Il s'est dit frustré de sa fin de championnat. «On avait une super bonne voiture, indique-t-il. Kayle est parti en bas et la piste était mieux, puis il a réussi à monter. Je m'étais dit que vers la fin...» S'il avait remporté la course d'hier, il serait reparti avec son premier titre de champion.

Mais il assure qu'il conservera de bons souvenirs de la saison en général. Il est confiant qu'avec sa voiture, il connaîtra une bonne saison l'année prochaine.

La deuxième marche du podium des modifiés a été occupée par Alain Boisvert, et la troisième par Mario Clair. Michaël Parent, de Granby, a été nommé recrue de l'année.

Revirement

Tout un revirement de situation est survenu en finale des sportsman. Avec deux tours à faire, Mathieu Desjardins, le premier au classement avec une maigre avance de six points sur la deuxième place, a perdu plusieurs positions lorsque la course a repris après un drapeau jaune, perdant du coup le titre de champion de la catégorie. Dans une courbe, il a été dépassé par la gauche et la droite. Il a ensuite perdu de plus en plus de positions pour terminer 6e.

Martin Pelletier a donc hérité du titre, en même temps que de la troisième place sur le podium. Guy Ouellette a franchi en premier la ligne d'arrivée, suivi de près par Martin Hébert.

Entouré d'une grande équipe, Michael Richard a posé pour les appareils photo et pour célébrer son titre de recrue de l'année.

Double victoirepour Veronneau

C'est sans grande surprise que Marc Veronneau, meneur du classement, a remporté le championnat chez les sport-compact. Malgré la tension entre les coureurs, surtout lors des reprises après les drapeaux jaunes, Veronneau a réussi à s'installer confortablement en première place. Une avance tout aussi confortable de 50 points le séparait du deuxième au classement, Guillaume Daoust.

En sortant de sa voiture #8, le coureur a embrassé la piste, heureux d'avoir pu défendre son titre de l'an dernier. «C'est du travail. J'ai appris avec le temps qu'il fallait travailler pour gagner», a-t-il lancé, à chaud, au fil d'arrivée. Patrick Audet a été sacré recrue de l'année.

L'un de ceux qui étaient attendus sur la piste des Pro-Stock, François Adam, était plutôt là en tant que spectateur. C'est que le pilote de Saint-Pie a été victime d'un «bête accident», chez lui. En travaillant dans son garage, il a été brûlé au deuxième et troisième degré à la jambe et la main gauche.

S'il a mal physiquement, en attente une possible greffe de peau, «ça me fait ben plus mal au coeur de voir les pro-stock passer.» Le troisième au classement aurait aimé donner du fil à retordre aux concurrents. Il a plutôt remarqué à quel point ces véhicules font peu de bruit, un défaut qu'il leur trouve.

Au moment de mettre sous presse, la finale des pro-stock n'était toujours pas terminée.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer