Le bel été de Cédric Vallières

Cédric Vallières prouve qu'il est capable de tenir... (photo Sébastien Dion)

Agrandir

Cédric Vallières prouve qu'il est capable de tenir son bout dans le baseball professionnel.

photo Sébastien Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Début juillet, Cédric Vallières a reçu un coup de fil des Capitales de Québec. L'équipe de la Ligue de baseball Can-Am de baseball indépendant avait besoin de lui «pour donner un coup de main, pour dépanner», pour reprendre les propres mots du gérant Patrick Scalabrini. Mais voilà que l'athlète de Roxton Pond a joué pratiquement tous les jours depuis!

Vallières, qui évolue au troisième coussin, a su se rendre utile. Au-delà des statistiques (avant le match d'hier, il frappait pour une moyenne de ,237 avec un circuit et 11 points produits), il a prouvé qu'il était capable de tenir son bout chez les professionnels.

«Je passe un bel été, a avoué Vallières, joint plus tôt cette semaine alors que les Capitales étaient au New Jersey. La Ligue Can-Am, c'est du gros baseball, du gros calibre, et Québec est une excellente ville de baseball. Mais tout ça est arrivé tellement vite...»

Vite au point où il a dû quitter les Capitales, il y a quelques semaines, afin d'aller vider son appartement de San Marcos. On sait qu'il a passé les dernières années à étudier et jouer au baseball avec l'Université d'État du Texas.

«J'étais encore au Texas et je ne savais pas trop de quoi mon été allait être fait. Peut-être que j'aurais joué au baseball à Coaticook, dans la Ligue de baseball majeur du Québec. Puis, les Capitales ont appelé. Ça a tout changé!»

Le gérant Scalabrini a souvent eu de bons mots pour lui. Au Soleil de Québec, il a récemment déclaré que «Cédric est une agréable surprise». Scalabrini a ajouté qu'il considère Vallières comme «un bon petit joueur qui a de l'avenir avec nous».

«La saison prochaine est encore loin, je dois encore faire mes preuves, a repris le bonhomme de 23 ans. Mais j'aime ce que je vis ici cet été. On verra la suite des choses, mais ça pourrait être intéressant de revenir l'an prochain, c'est certain.»

Une dose de confiance

Vallières, un ancien des Guerriers junior élite de Granby, a attiré l'attention des Capitales en jouant du gros baseball à sa dernière saison avec les Bobcats de l'Université d'État du Texas. Avant de s'amener à Québec, il avait frappé pour une moyenne de ,267 avec 10 circuits et 42 points produits.

«J'ai fini en force, c'est vrai, et ça m'a donné beaucoup de confiance. Le baseball universitaire américain est très fort, je n'étais pas trop dépaysé en arrivant dans la Can-Am.»

Avant leur match d'hier à Québec face aux Jackals du New Jersey hier soir, les Capitales étaient installés au deuxième rang du classement de la Ligue Can-Am en vertu de leur dossier de 44 victoires et 30 défaites.

«On a une bonne équipe. Les Capitales, c'est une grande organisation. Je suis fier de porter cet uniforme-là.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer