Polansky surprend le favori Benjamin Becker au premier tour

Peter Polansky salue la foule à la suite... (Photo Sarah-Jade Champagne)

Agrandir

Peter Polansky salue la foule à la suite de sa victoire. «Je n'ai pas joué incroyablement bien, mais j'ai joué du tennis que j'estime solide», a-t-il dit.

Photo Sarah-Jade Champagne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) On l'attendait avec impatience... mais on ne l'aura pas vu jouer longtemps.

Le favori Benjamin Becker, 53e joueur mondial, s'est fait indiquer la porte de sortie du 20e Challenger Banque Nationale de tennis dès son premier match, hier matin, lorsqu'il s'est incliné devant Peter Polansky en des manches de 6-2 et 7-6 (7).

La victoire avait une saveur très particulière pour l'Ontarien, qui en est à son premier tournoi comptant au classement de l'ATP après une absence de 10 mois en raison d'une blessure à un poignet.

«C'est l'fun, c'est vrai!, a lancé Polansky. Je n'ai pas joué incroyablement bien, mais j'ai joué du tennis que j'estime solide. J'ai profité de ses erreurs et c'est ce qui a fait la différence.»

Polansky s'est toutefois compliqué la vie pour la peine au deuxième set. En avance 5-4 alors qu'il était au service, il a laissé Becker créer l'égalité et ensuite forcer le bris. 

«Il jouait beaucoup mieux à la deuxième manche. C'est un joueur d'expérience qu'il ne faut jamais tenir pour acquis. Mais je suis resté concentré, je n'ai pas paniqué. J'ai bien réagi.»

Polansky, 27 ans, est venu à Granby une fois et puis une autre au fil des ans. Sa meilleure performance remonte à 2009, alors qu'il avait atteint les demi-finales.

«C'est un bon départ. Battre le favori et un joueur bien classé à mon premier match après une si longue absence, c'est très encourageant.»

La semaine dernière, il a représenté le Canada aux Jeux panaméricains en simple. Il a été éliminé au deuxième tour, mais à son premier match.

Mais hier, il avait le sourire facile. Il recevait les félicitations des nombreux joueurs canadiens présents à Granby et il semblait fier de lui.

«C'est vraiment une victoire qui fait du bien», a-t-il conclu. 

Quant à Becker, il a quitté les lieux très rapidement à la suite de sa défaite et il n'y a pas eu moyen de lui parler. On se souviendra qu'il avait indiqué à son arrivée en ville qu'il n'avait pas d'attentes cette semaine puisqu'il n'était pas au meilleur de sa forme en raison d'une blessure à l'épaule droite.

Konta passe, Abanda casse

La favorite chez les dames, la Britannique Johanna Konta, a pour sa part eu plus de veine que Becker, elle qui a plutôt aisément accédé au deuxième tour en vertu d'une victoire de 7-5 et 6-1 remportée aux dépens de la Tchèque Barbora Stefkova.

«On se sent toujours bien après avoir gagné le premier match, a expliqué la 126e joueuse mondiale à sa sortie du court. Ça enlève de la pression.»

Toujours dans le tableau féminin, Françoise Abanda s'est inclinée 7-5 et 6-3 devant la Japonaise Akari Inoue dans le cadre d'un match qui avait été arrêté la veille en raison de la pluie. Non, les choses ne s'arrangent pas pour la Montréalaise. 

Abanda, 297e joueuse mondiale selon le dernier relevé de la WTA, a perdu devant une joueuse classée... 691e! Et elle n'a pas voulu répondre aux questions de l'auteur de ces lignes à la suite de son revers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer