Benjamin Becker attire l'attention

Benjamin Becker s'amène à Granby en tant que favori. Mais parce qu'il est... (Photo La Presse canadiennne)

Agrandir

Photo La Presse canadiennne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Benjamin Becker s'amène à Granby en tant que favori. Mais parce qu'il est classé 54e au monde selon le dernier relevé de l'ATP, parce qu'il a déjà été 35e, parce que c'est lui qui a envoyé Andre Agassi à la retraite, il attire davantage l'attention que le font normalement les têtes de série qui débarquent chez nous.

Réglons tout de suite une chose : Becker n'a aucun lien de parenté avec Boris Becker, ex-numéro un mondial et lui aussi Allemand. Même s'il roule sa bosse au sein du circuit professionnel depuis plusieurs années, Benjamin se fait encore souvent poser la question...

Mais même s'il n'a jamais été numéro un, Becker connaît une très belle carrière. À preuve les quatre millions $ qu'il a accumulés en bourse depuis qu'il joue chez les professionnels. Sa plus grande victoire demeure celle qu'il a remportée aux Pays-Bas, en 2009, alors qu'il a mis la main sur le titre du tournoi de Rosmalen, un événement de l'ATP World Tour series 250.

Sa meilleure performance en Grand chelem est survenue en 2006, alors qu'il a atteint le quatrième tour (ronde des 32) des Internationaux des États-Unis. C'est l'année où il a vaincu le légendaire Andre Agassi, qui allait ensuite prendre sa retraite. Cette victoire lui a permis de se faire un nom à l'échelle internationale.

« Ça fait presque 10 ans et on m'en parle encore à toutes les semaines, dit-il. Jamais je ne croyais que cette victoire aurait un tel impact sur ma carrière. »

Face aux grands

S'il a battu Agassi, il a aussi affronté les plus grands de son époque : les Djokovik, Nadal, Murray, Wawrinka, Montfils, Raonic, etc. Avec un service qui atteint régulièrement les 220 kilomètres-heure (140 milles à l'heure), il s'en laisse rarement imposer.

Il a enregistré son meilleur classement à vie en octobre dernier, à l'âge de 33 ans. Depuis le début de l'année, il a atteint le troisième tour aux Internationaux d'Australie et à Roland-Garros.

« Je joue du bon tennis présentement. En santé, je suis encore capable de battre bien du monde. »

En carrière, il a participé à une quinzaine de finales du circuit Challenger. Neuf fois, il a triomphé.

Même s'il est né en Allemagne, Becker vit depuis plusieurs années à Dallas, au Texas. Il faut dire qu'il a étudié à l'Université Baylor, sise à Waco, Texas, où il s'est imposé comme le meilleur joueur de tennis de l'histoire de l'institution.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer