Le Challenger fête ses 20 ans

Le directeur du Challenger Banque Nationale de Granby,... (photo maxime massé)

Agrandir

Le directeur du Challenger Banque Nationale de Granby, Eugène Lapierre

photo maxime massé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Montréal) Qu'ont en commun Milos Raonic, Eugenie Bouchard et Vasek Pospisil? Ils se sont tous illustrés au Challenger Banque Nationale de Granby avant de voir leur carrière prendre leur envol.

Le vice-président chez Tennis Canada, Eugène Lapierre, espère bien voir le scénario se répéter cette année lors de la 20e édition du tournoi, qui se déroulera du 18 au 26 juillet prochain sur les terrains St-Luc.

Pour le directeur du Challenger, la meilleure façon de célébrer cet anniversaire sera en effet qu'un joueur canadien profite de son passage à Granby pour se propulser vers les plus hautes sphères du tennis mondial.

«Des joueurs du top-100 que le monde connait et qui joueraient à Granby, il n'y en a pas tant que ça, a admis Lapierre. Même si le joueur est 62e mondial, si on ne le connait pas, ça ne virera pas le tournoi à l'envers. Ce qui est important pour le tournoi, c'est nos joueurs. C'est eux qui doivent performer.»

«Tout au long de ses 20 années, plusieurs joueurs canadiens ont pu se servir du tournoi pour progresser sur la scène internationale», rappelle-t-il.

Les bourses doublées

Comme La Voix de l'Est l'avait annoncé en mars dernier, le Challenger de Granby double ses bourses pour ses 20 ans, ce qui laisse présager un calibre plus relevé cette année.

Mais l'important aux yeux de Lapierre, ce n'est pas tant que la bourse globale passera de 75 000 $ à 150 000$, mais plutôt que cela permettra d'augmenter les points décernés pour les classements mondiaux.

«Nous offrons maintenant la chance à nos joueurs canadiens d'engranger davantage de points pour continuer de gravir les échelons», mentionne-t-il, précisant que cela ne le dérangerait pas que les joueurs internationaux oublient que la bourse a été doublée.

Il souligne que les spectateurs se déplacent d'abord et avant tout pour supporter les joueurs canadiens. Et ceux-ci seront nombreux cette année, à commencer par Frank Dancevic, qui visera un quatrième triomphe à Granby.

Les jeunes espoirs du tennis canadien Filip Peliwo, Brayden Schnur, Charlotte Robillard-Millette et François Abanda, qui avait atteint les demi-finales l'année dernière, seront également tous de la partie.

«Si Dancevic avance, si Peliwo fait bien, si Brayden Schnur connait un bon tournoi, si les jeunes qu'on amène tranquillement font de belles performances même en qualification (...), c'est ça qui va attirer les gens et mettre de l'engouement dans le tournoi.»

«C'est l'histoire du tournoi. On a toujours voulu suivre les Simon Larose, les Frédéric Niemeyer, les Vasek Pospisil qui a gagné, les Stéphanie Dubois qui l'a emporté à sa première année, les Eugenie Bouchard et les Milos Raonic. C'est ça que les gens veulent voir», ajoute-t-il.

Des gros noms et un porte-parole connu

Ce n'est que le 9 juillet prochain, date du tirage au sort de cette 20e édition, que sera dévoilée la liste complète des joueurs et joueuses qui s'arrêteront à Granby. Mais déjà quelques raquettes connues des amateurs de tennis ont confirmé leur intention de prendre part au tournoi.

Parmi ceux-ci, il y a le Français Nicolas Mahut (60e au monde), qui a remporté le tournoi d'Hertogenbosch, aux Pays-Bas, il y a un peu plus d'une semaine. Go Soeda (90e), le deuxième meilleur joueur japonais derrière Kei Nishiroki, et le Croate Ivan Dodig (116e), tombeur de Rafael Nadal au premier tour il y a quelques années à la Coupe Rogers, devraient aussi être présents.

Le Challenger s'est aussi doté d'un président d'honneur de prestige pour son 20e anniversaire, soit le capitaine de l'équipe canadienne de la Coupe Davis, Martin Laurendeau.

 «C'est toujours une semaine spéciale pour moi d'aller à Granby. C'est un honneur que j'ai hâte de partager avec toute la famille de tennis de Granby. C'est 20 ans de souvenir et beaucoup d'émotions pour moi parce que je pense que j'ai été là à chaque année», explique Laurendeau, qui avait atteint le 90e rang mondial du classement de l'ATP en 1988.

Pour sa part, le président et directeur général du tournoi, Alain Faucher, a rappelé que les surfaces des 12 terrains des tennis St-Luc ont toutes été refaites et que le Challenger misera sur des loges permanentes, présentement en construction, et de nouvelles estrades en vue de cette édition toute spéciale.

Saluant la contribution des quelque 300 bénévoles qui contribuent au succès de l'événement, il a dit réserver quelques surprises pour ce 20e qui selon lui passera certainement à l'histoire. Enfin, notons que le Challenger de Granby a annoncé hier le renouvellement de ses ententes avec son principal commanditaire, la Banque Nationale, et son diffuseur officiel, TVA Sports, jusqu'en 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer