• La Voix de l'Est > 
  • Sports 
  • > Émilie Laliberté, qui a été opérée à l'épaule, ne jouera pas au baseball cet été 

Émilie Laliberté, qui a été opérée à l'épaule, ne jouera pas au baseball cet été

Émilie Laliberté tente de garder le moral. «Je... (photo Janick Marois)

Agrandir

Émilie Laliberté tente de garder le moral. «Je vais sûrement aller au stade de temps en temps, mais ça risque de me torturer plus qu'autre chose. Moi, je suis faite pour être sur le terrain, pas pour le regarder!», lance celle dont l'épaule droite est soutenue par une attelle.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Pour la première fois depuis l'âge de quatre ans, Émilie Laliberté ne jouera pas au baseball cet été.

Laliberté a subi une grave blessure à l'épaule droite lors d'un match du Missouri Western State University, où elle étudie et joue au softball, blessure qui a nécessité une intervention chirurgicale il y a deux semaines. La meilleure joueuse de balle à Granby a été opérée aux États-Unis et est de retour en ville depuis une semaine.

«L'idée de passer un été sans jouer au baseball me fait terriblement mal au coeur, lance celle qui s'est arrêtée à La Voix de l'Est hier après-midi. Mais puisque je ne gagnerai pas ma vie avec le baseball, il faut que je pense à ma santé. N'empêche que c'est dur quand même...»

 L'été dernier, en plus de participer à diverses compétitions de baseball féminin, Émilie a porté les couleurs des Guerriers junior AA, où elle s'est bien débrouillée.

«Je vais sûrement aller au stade de temps en temps, mais ça risque de me torturer plus qu'autre chose. Moi, je suis faite pour être sur le terrain, pas pour le regarder!»

La blessure subie par Laliberté a fait en sorte qu'elle n'a pu participer au camp de sélection de l'équipe canadienne de baseball féminin qui prendra part aux Jeux panaméricains, à Toronto, à la fin juillet.

«Évidemment, ma place aux Jeux n'était pas assurée, mais j'avais confiance. Mon prochain gros objectif sera la Coupe du monde de baseball féminin, qui aura lieu l'an prochain en Corée.»

Émilie entamait hier un programme de physiothérapie. Son épaule est soutenue par une attelle.

«Fin août, lorsque je retournerai à l'école, je vais entreprendre un programme de réhabilitation. Si tout va bien, je devrais être prête pour le début de la prochaine saison de softball universitaire. Je vais tout faire pour être prête à temps!»

Laliberté, 21 ans, étudie en biologie au Missouri Western State University, institution qui a pignon sur rue à St. Joseph, ville située à environ 45 minutes de Kansas City. Il lui reste un an avant d'obtenir son diplôme.

En plongeant

Émilie Laliberté s'est blessée à l'épaule en plongeant de façon à réussir un jeu défensif à l'arrêt-court. Sa saison venait à peine de commencer.

«Ça m'a fait mal et j'ai pris quelques jours de congé, a-t-elle raconté. Après être revenue au jeu, ça a recommencé à faire mal, mais j'ai enduré la douleur. Je n'étais pas à mon mieux sur le terrain, mais j'ai continué. À la fin de la saison, quand j'ai rencontré le médecin, il m'a rapidement recommandé l'opération.»

Diminuée, Émilie n'a frappé que pour une moyenne de ,105 en 19 apparitions au bâton au Missouri. Elle est capable de beaucoup mieux.

«Ça a été une saison frustrante. Il fallait que je fasse ma place, mais je n'étais pas à mon meilleur pour prouver ma valeur.»

Mais la véritable frustration, c'est cet été qu'elle la vivra en étant tenue loin du terrain.

«Ça va être très difficile...», a-t-elle répété.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer