«Je ne perdrai pas mon temps»

«Mon rêve reste de jouer chez les professionnels.... (Photo Catherine Trudeau)

Agrandir

«Mon rêve reste de jouer chez les professionnels. Je travaille fort et je pense que mon séjour à Granby peut m'aider à réaliser mes objectifs», explique Fernando Fernandez-Beltran.

Photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) J'ai accepté de me joindre aux Guerriers parce que j'ai aimé le discours de Ben Banachowski. Il a un plan, il a une vision et parce qu'il a une vision, ça veut dire que nous allons gagner.»

Fernando Fernandez-Beltran est de retour au Québec après avoir passé une autre année scolaire au Nouveau-Mexique. Et mercredi soir, il est monté sur le monticule du Stade Napoléon-Fontaine afin de démontrer son savoir-faire aux dirigeants des Guerriers.

Fernandez-Beltran, dont les droits ont été acquis des Orioles de Montréal au cours de l'hiver, a été un choix au repêchage des Phillies de Philadelphie en 2012. Il n'appartient toutefois plus aux Phillies puisque l'équipe des ligues majeures ne lui a pas consenti de contrat.

«Mais mon rêve reste le même, c'est-à-dire jouer chez les professionnels, a expliqué celui dont la balle rapide frôle les 90 milles à l'heure. Je travaille fort et je pense que mon séjour à Granby peut m'aider à réaliser mes objectifs.»

Ne serait-ce que parce qu'il a été repêché par les ligues majeures, Fernandez-Beltran intrigue. On a hâte de voir à l'oeuvre celui qui, somme toute, a très peu évolué au Québec depuis le début de ses années au niveau junior.

«Je n'ai pas joué avec les Orioles depuis 2012, l'année où j'ai été repêché. C'est pas compliqué, on ne voyait pas les choses de la même façon. Mais ne croyez pas que je suis un joueur à problèmes parce que ce n'est pas absolument pas vrai.»

Au cours des deux dernières saisons, le gaucher a lancé dans la Ligue Perfect Game, dans l'État de New York, un de ces circuits où les joueurs qui étudient et évoluent dans le réseau collégial et universitaire américain jouent pendant l'été.

«Je suis content de revenir chez nous. Il se joue du bon baseball dans la Ligue junior élite du Québec, un circuit sous-estimé. Je ne perdrai pas mon temps ici.»

Les Guerriers (2-5) reçoivent les Ducs de Longueuil (3-3) ce soir. Fernandez-Beltran sera en uniforme, mais c'est Philippe Langlois qui entamera le match au monticule. Le nouveau venu sera envoyé sur la butte demain lors d'un des deux matchs que les Granbyens vont disputer au Hull-Volant de Gatineau, sur la route.

On devrait voir Fernandez-Beltran à l'oeuvre mardi ou jeudi prochain, alors que les Guerriers affronteront les Ailes du Québec au Stade Nap-Fontaine.

Des amis

Fernando Fernandez-Beltran a 21 ans. Il est né d'un père hondurien et d'une mère salvadorienne. Sa langue maternelle est l'espagnol, mais il parle parfaitement bien le français, lui qui est né au Québec.

«J'ai des amis un peu partout dans la ligue, des gars avec qui j'ai joué plus jeune, a-t-il confié. Retrouver mes amis sera l'fun aussi.»

Avec le New Mexico Junior College, cette saison, Fernandez-Beltran a présenté un dossier de trois victoires, quatre défaites et une moyenne de points mérités de 5,67. Une saison faite de hauts et de bas, admet-il.

«J'ai néanmoins atteint plusieurs de mes objectifs», a ajouté celui qui, en plus de sa balle rapide, mise sur sa balle rapide coupée (cutter) et sur sa courbe pour retirer les frappeurs.

Fernandez-Beltran ne passera toutefois pas l'été à Granby. Le 1er août, il retournera aux États-Unis, lui qui ira étudier et jouer au baseball avec l'Université du Nouveau-Mexique.

«Mais d'ici là, ma seule et unique priorité sera les Guerriers», a-t-il laissé tomber.

Vraiment, on a hâte de le voir en action...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer