Selon GEORGES LARAQUE, Carey Price transforme le canadien

«Le meilleur joueur au monde!»

«Le Canadien ne méritait pas de gagner lors... (photo archives La Presse)

Agrandir

«Le Canadien ne méritait pas de gagner lors du sixième match. En fait, je ne suis même pas certain qu'il méritait de gagner la série», affirme Georges Laraque.

photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Georges Laraque n'a disputé qu'une demi-saison avec les Prédateurs de Granby. C'était en 1996, année où l'équipe a remporté la Coupe Memorial. Mais les amateurs d'ici l'ont aimé, beaucoup aimé. Il était grand, il était gros, il était intimidant et ses combats étaient spectaculaires.

Quasiment 20 ans plus tard, Laraque, dans son rôle d'analyste à la radio et à la télé, est encore spectaculaire. Il n'a pas peur des déclarations controversées.

Hier, au lendemain de la victoire qui a permis au Canadien d'éliminer les Sénateurs, Big Georges a vanté Carey Price et il a prédit le moment où l'épopée du Canadien va prendre fin.

«Le Canadien ne méritait pas de gagner lors du sixième match, a-t-il commencé par dire. En fait, je ne suis même pas certain qu'il méritait de gagner la série. Je savais que l'équipe en aurait plein les bras face aux Sénateurs et c'est pourquoi j'avais prédit une victoire à l'arraché, en sept matchs. Mais si Craig Anderson était arrivé plus tôt dans la série, le Canadien serait aujourd'hui en vacances!»

Selon Laraque, Andrew Hammond a fait cadeau de deux victoires au Canadien. Rien de moins.

«Si Dave Cameron l'avait laissé là, le Canadien, c'est pas compliqué, aurait gagné en quatre!»

Mais Anderson est débarqué devant le filet des Sénateurs lors du troisième match et les choses se sont corsées pour la peine. Carey Price, par contre, est venu sauver la situation en offrant une performance mémorable, dimanche.

«Price, c'est le meilleur au monde. Pas le meilleur gardien, le meilleur joueur au monde! Devant Crosby, devant Ovechkin. Le Canadien est chanceux, tellement chanceux de l'avoir. Et ça, Michel (Therrien, son entraîneur à Granby à l'époque) le sait.»

Laraque ira jusqu'à dire que sans Price, le Canadien aurait amassé entre 20 et 30 points de moins cette saison. Ce qui veut dire qu'il ne se serait même pas classé pour les séries.

«Le système du Canadien, c'est Price. La vérité, c'est ça!»

Une bonne nouvelle

Quand on lui fait remarquer que le Canadien ne marque pas de buts, que l'avantage numérique est nul et qu'Andrei Markov connaît des moments très difficiles à la ligne bleue, Georges Laraque ne s'emballe pas.

«La bonne nouvelle, c'est que malgré tout ça, le Canadien a réussi à franchir la première ronde des séries, a-t-il repris. Écoute, l'avantage numérique ne peut pas être pire, c'est clair que ça va se replacer. Max Pacioretty n'est pas à son mieux, c'est vrai, mais il vient d'offrir sa meilleure performance et le meilleur reste à venir. Markov, lui, peut uniquement mieux jouer. L'équipe n'a pas joué du grand hockey contre les Sénateurs, mais elle a gagné malgré tout. Quand le coach regarde ça, il se dit: "Imaginez quand on va jouer du bon hockey! "»

Laraque pense que le Canadien, même si ce sera plus difficile, va remporter sa prochaine série. Mais voilà, ça va s'arrêter ensuite face aux Rangers.

«Les Rangers sont trop forts. Ils viennent de battre les Penguins sans même forcer. Devant le filet, Henrik Lundqvist n'a rien d'un deux de pique. Et les Rangers sont forts en attaque, en défense, partout. Price a encore des miracles dans sa manche, mais ça ne suffira pas dans une longue série face à une puissance comme New York.»

Dans l'Ouest, l'ancien des Oilers, des Coyotes, des Penguins et du Canadien estime que les Ducks d'Anaheim «ont une coche sur tout le monde».

«On a de belles séries et ce n'est pas fini. C'est l'fun ce qui se passe présentement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer