«Il y a beaucoup de travail»

«Est-ce qu'on va faire des erreurs? Sûrement. Mais... (photo Janick Marois)

Agrandir

«Est-ce qu'on va faire des erreurs? Sûrement. Mais on va faire des erreurs parce qu'on va essayer des choses, parce qu'on va aller de l'avant au lieu de faire du surplace...», lance Ben Banachowski, président de Baseball Granby.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Granby) C'est ce matin, au gymnase du Verbe Divin, que débute le camp d'entraînement des équipes de Baseball Granby. Le nouveau président de l'organisme, Ben Banachowski, attendait le moment depuis longtemps.

«Le retour du baseball, même à l'intérieur, c'est signe que le printemps va finir par s'installer pour vrai et c'est signe que l'été n'est pas si loin!», lance le vétéran homme de baseball, venu faire son tour à La Voix de l'Est cette semaine.

Banachowski, qui est également entraîneur en chef des Guerriers junior élite, est devenu président de Baseball Granby l'automne dernier. Il est heureux qu'il soit semi-retraité parce que, à l'écouter parler, ce n'est pas l'ouvrage qui manque!

«Il y a beaucoup de travail, c'est vrai. Et honnêtement, il y en a plus que je pensais. Mais c'est correct, parce que du baseball, j'en mange, et je veux que notre sport progresse chez nous.»

Après avoir été nommé à la présidence, Banachowski avait promis de mieux encadrer les entraîneurs, de façon à ce que les jeunes bénéficient d'un meilleur enseignement. Il a pris les moyens pour tenir parole.

«On a formé un comité technique, un groupe de sept ou huit hommes de baseball qualifiés qui vont aider les entraîneurs dans la planification des pratiques et dans les pratiques. Moi, j'ai énormément de respect pour ceux qui s'investissement bénévolement dans notre sport et je pense qu'ils méritent qu'on les aide à devenir de meilleurs coachs. En bout de ligne, ce sont les jeunes, ceux pour qui on travaille tous, qui en sortiront gagnants.»

Banachowski parle beaucoup de développement. Et le développement, selon lui, passe d'abord et avant tout par l'enseignement de la base du sport.

«Frapper la balle, lancer la balle, attraper la balle et courir: tout est là. Ça paraît simple comme ça, mais si le jeune n'est pas capable de faire ces choses-là, il n'aura pas de plaisir. Et on veut qu'il s'amuse, qu'il ait du fun à se rendre au parc!»

Banachowski espère qu'ils seront au moins 220 à porter les couleurs de Baseball Granby l'été prochain.

«En matière de participation, Granby ne fait pas mieux ni pire que les autres villes de sa taille. Mais on a tout ce qu'il faut pour être en avant de la parade, à commencer par des installations de grande qualité. Moi, je veux que Granby devienne un exemple. Est-ce que je rêve en couleurs? Peut-être. Et est-ce qu'on va faire des erreurs? Sûrement. Mais on va faire des erreurs parce qu'on va essayer des choses, parce qu'on va aller de l'avant au lieu de faire du surplace...»

Les Guerriers

En devenant président de Baseball Granby, Ben Banachowski avait aussi déclaré qu'il voulait travailler à développer une meilleure synergie entre les Guerriers - junior élite et junior AA - et les équipes novice à midget de classe A et B - les Phénix.

«Les joueurs du hockey mineur vont voir les Inouk le vendredi soir et ils rêvent de jouer pour eux, souligne-t-il. Et le samedi matin, on voit souvent des joueurs des Inouk sur la glace avec les jeunes. J'aime ça. On peut faire ça au baseball aussi.»

Dans ses nouvelles fonctions, Banachowski devient le trait d'union entre le baseball mineur et le baseball dit majeur. Il devient un peu le David Lapierre du baseball, Lapierre étant entraîneur-maître de l'Association hockey jeunesse et entraîneur en chef des Inouk.

«Je ne veux pas imiter personne, mais je veux que ça marche, notre affaire. Et je suis prêt à prendre le meilleur de tout le monde.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer