Les Inouk créent l'égalité

Enfin remis de sa blessure au genou, le... (photo Maxime Massé)

Agrandir

Enfin remis de sa blessure au genou, le gardien Simon Bergeron a bien fait devant le filet des Inouk... jusqu'à ce qu'il quitte la rencontre après s'être blessé à nouveau en troisième période.

photo Maxime Massé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Granby) Après avoir trébuché à leur premier match, les Inouk ont rebondi de belle façon hier en l'emportant 3-2 sur la route face au Collège Français de Longueuil. Ils ont ainsi créé l'égalité 1-1 et pris l'avantage de la patinoire dans leur série quart de finale qui les oppose aux champions de la division Alexandre Burrows.

«On a fait un bon match. Quand on travaille fort et qu'on reste disciplinés, on sait qu'on est capables d'offrir du meilleur hockey qu'au premier match. On est bien contents de revenir chez nous devant nos partisans avec une victoire en poche», a indiqué l'entraîneur-chef, David Lapierre.

Cette fois, c'est le Collège Français qui a été coulé par la bataille des unités spéciales. Les Inouk ont marqué deux fois en supériorité numérique en plus de rajouter un troisième filet à court d'un homme, tandis que Longueuil n'a concrétisé qu'une seule de ses huit occasions.

Mais l'histoire du match a été l'entrée en scène du gardien granbyen Simon Bergeron qui a obtenu son premier départ des séries éliminatoires. De retour au jeu après s'être remis de sa blessure au genou, il a été solide jusqu'en troisième période... quand il s'est blessé à nouveau.

Il a néanmoins permis à son équipe d'aller chercher un gain sur la patinoire adverse en repoussant 24 des 26 tirs dirigés vers lui. Appelé à remplacer Bergeron, Charles-Olivier Lévesque a ensuite fermé la porte jusqu'à la fin du match.

Kevin Darveau, que les Inouk ont échangé en début de campagne en faveur de Bergeron, a fait face à 23 lancers dans la défaite.

«Simon, c'est vraiment un guerrier. Durant le match, il a eu une douleur au genou et il n'a pas voulu s'appuyer sur sa jambe par la suite. On l'a retiré du match par précaution. On va prendre deux journées pour évaluer son cas et on verra pour la suite des choses», a noté Lapierre qui a aussi louangé le travail de Lévesque.

Croisé après la partie alors qu'il quittait l'aréna avec des béquilles, Bergeron a préféré lancer des fleurs à ses coéquipiers. «Je voulais rester là le plus longtemps possible et me donner à 100 % pour l'équipe, mais ça fait partie de la game, a-t-il dit à propos de sa blessure. J'espérais donner un petit boost aux gars en avant de moi et ils ont fait une grosse job pour créer l'égalité dans la série.»

Les Inouk résistent à la remontée de leurs rivaux

Les Inouk ont ouvert la marque avec un peu plus de sept minutes à faire en première période. Profitant d'un avantage numérique, Samuel Courtemanche a remis la rondelle à Hubert Lamarre posté à l'autre poteau qui s'est empressé de la loger dans le fond du filet.

L'avantage numérique des Inouk a frappé de nouveau en début de deuxième engagement. Lors d'une relance, Jean-Michel Busque a effectué une passe parfaite au centre de la glace à Nicolas Lamoureux-Bisson qui a déjoué Darveau d'une jolie feinte au terme d'une échappée.

Quelques instants plus tard, un déplacement d'un poteau à l'autre a fait tordre de douleur Bergeron qui est resté étendu sur la glace et reçu la visite du soigneur. Il est toutefois demeuré dans la rencontre. Érik Longtin l'a récompensé peu de temps après en marquant son premier but de cette série en désavantage numérique pour porter la marque à 3-0.

En toute fin de période, Jean-Philippe Beaulieu a cependant profité d'une supériorité numérique pour inscrire le Collège Français au pointage. Jérôme Tremblay a ensuite réduit l'écart à un but en faisant habilement dévier un tir de la pointe au-dessus de l'épaule de Bergeron.

Ce dernier a été forcé de quitter la rencontre par la suite après avoir chuté sur son genou blessé lors d'une mêlée autour de son filet. Il a eu besoin de l'aide de plusieurs de ses coéquipiers pour se rendre jusqu'au banc des Inouk. Charles-Olivier Lévesque a pris avec brio la relève de Bergeron pour le reste du match.

«Venir chercher une victoire ici, ce n'était pas facile. On affronte une équipe qui aspire aux grands honneurs. Ce (hier) soir, ils n'ont pas connu leur meilleur match, mais je suis sûr qu'ils vont ressortir fort à Granby. C'est à nous de continuer de nous concentrer sur ce qu'on contrôle: notre attitude et notre jeu», a résumé Lapierre.

La série se déplacera maintenant du côté de Granby alors que le troisième match de la série sera présenté demain à 19 h 30 au Centre sportif Léonard-Grondin.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer