Le rêve réalisé autrement

Jonathan Bernier, journaliste et maintenant auteur.... (Photo fournie)

Agrandir

Jonathan Bernier, journaliste et maintenant auteur.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(GRANBY) Plus jeune, Jonathan Bernier rêvait de jouer dans la Ligue nationale de hockey. Mais lorsqu'il s'est rendu compte qu'il n'atteindrait pas son objectif, il s'est mis dans la tête d'accéder à la LNH autrement. Et il y est parvenu.

Bernier, qui est originaire de Granby, couvre les activités quotidiennes du Canadien pour le compte du Journal de Montréal. Et il vient de lancer Sur le beat du Canadien, aux Éditions de l'Homme.

L'ouvrage raconte 30 épisodes marquants vécus par 30 journalistes. On revient sur des primeurs, comme celle de Tom Lapointe qui a été le premier à annoncer l'échange de Wayne Gretzky aux Kings de Los Angeles, sur des événements comme la chute de l'empire communiste dont Réjean Tremblay a été un témoin privilégié lorsque le Canadien a tenu une partie de son camp d'entraînement en ex-URSS en 1990.

Les journalistes seront les premiers à s'y retrouver et à apprécier le bouquin, parce qu'il traite de leur métier et de ce qui l'entoure. Mais les amateurs y trouveront aussi leur compte, eux qui sont amenés dans les coulisses de l'équipe qu'ils aiment tant.

« Depuis que je suis journaliste, je me disais que j'allais écrire un livre un jour, a expliqué Bernier, hier depuis Saint Louis, où le Canadien affrontait les Blues. Mais je me voyais faire ça plus tard, à 50 ou 60 ans. Mais à force de raconter aux gens des histoires vécues, à couvrir le Canadien, on a commencé à me dire : Pourquoi tu n'écris pas ton bouquin maintenant ? Et puis, dans l'avion nous ramenant de Philadelphie en janvier 2014, j'ai eu une idée, un flash de ce qu'allait être le livre... »

Bernier a lui-même ses histoires préférées à l'intérieur du bouquin de 272 pages.

« Lorsque Michel Beaudry raconte qu'il a hébergé des recrues du Canadien chez lui pendant le camp d'entraînement de 1989, je n'en reviens pas. En raison de la distance qu'il y a aujourd'hui entre les joueurs et les journalistes, c'est devenu quelque chose d'impensable. Le scoop de Marc De Foy, qui a été le premier à annoncer la transaction qui a amené Pierre Turgeon et Vladimir Malakhov à Montréal, m'interpelle particulièrement aussi. Enfin, le récit de Réjean Tremblay sur la chute de l'empire communiste vient me chercher... »

UN PLAN B

Sur la patinoire, Jonathan Bernier s'est rendu jusqu'au niveau midget AAA, lui qui a porté les couleurs des Cantonniers de Magog et qui a été un lointain choix au repêchage des Voltigeurs de Drummondville, de la LHJMQ. Il est heureux, aujourd'hui, d'avoir eu un plan B.

« Quand j'ai vu que je ne jouerais pas dans la LNH, mon rêve est devenu de couvrir le Canadien, que ce soit pour la presse écrite ou pour la presse parlée, explique-t-il. J'ai atteint mon but, j'en suis fier, mais ce n'est pas toujours un métier facile. Les journées sont longues, je suis trop souvent loin des miens et pour ces voyages à Los Angeles ou à New York, il y a ceux à Buffalo et à Colombus ! »

Bernier, 36 ans, est marié et père de trois enfants. Cet ancien joueur des Vics habite aujourd'hui sur la rive nord de Montréal.

« Je reviens souvent à Granby voir mes parents et mes amis. C'est à Granby que j'ai appris à aimer le hockey. Je suis resté un Granbyen de coeur. »

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer