Quand l'entraîneur se fait philosophe

«Qu'est-ce qui nous a permis de nous relever?... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Qu'est-ce qui nous a permis de nous relever? La détermination et le courage devant l'adversité, le respect des autres, le respect de soi. Je veux que les gars réalisent que nous ne serions pas passés à travers si nous n'avions pas appliqué ces valeurs et je veux qu'ils transportent les mêmes valeurs avec eux en séries», explique David Lapierre (au centre de la photo).

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) «Il nous reste cinq matchs avant le début des séries éliminatoires. Mon objectif d'ici à la fin de la saison? Que nos joueurs réalisent pleinement ce qui leur a permis de se rendre jusqu'ici...»

David Lapierre s'est fait philosophe, hier après-midi, lorsqu'il a rencontré les membres des médias avant la séance d'entraînement des Inouk. Il a parlé de valeurs, de valeurs humaines, et peu de technique et de système de jeu.

«Tout le monde le sait, on a connu un début de saison difficile, très difficile à part ça, a-t-il dit. On avait quoi? Une victoire après neuf ou dix matchs? Et qu'est-ce qui nous a permis de nous relever? La détermination et le courage devant l'adversité, le respect des autres, le respect de soi. Je veux que les gars réalisent que nous ne serions pas passés à travers si nous n'avions pas appliqué ces valeurs et je veux qu'ils transportent les mêmes valeurs avec eux en séries. Parce que ce sont les mêmes choses qui vont nous permettre d'aller loin.»

Les Inouk ont une fiche de 21 victoires, 20 défaites et six défaites en bris d'égalité. Avouons-le, ils ont opéré un formidable redressement, eux qui sont redevenus une équipe menaçante à l'approche des séries.

Au classement, ils sont actuellement neuvièmes, derrière les Mustangs de Vaudreuil-Dorion. Les Mustangs avaient deux points d'avance sur les Granbyens avant le match qui les opposaient hier soir aux faibles Braves, à Valleyfield.

De façon optimiste, les Inouk, qui ont 48 points, peuvent encore espérer terminer au sixième rang, qui est actuellement détenu par les Condors de Kahnawake, qui ont 55 points. Mais ce que Lapierre veut vraiment, c'est finir huitième afin d'avoir tout simplement l'avantage de la glace au premier tour des séries.

«Si on continue à appliquer les valeurs qui nous ont rendus jusque-là, nous allons gagner des matchs et nous allons avoir l'avantage de la patinoire en première ronde», a repris Lapierre, poursuivant dans la même veine de son discours du jour.

Saint-Hyacinthe et Kahnawake

Les Inouk ont rendez-vous à Saint-Hyacinthe ce soir puis à Kahnawake dimanche après-midi. Il leur restera ensuite un match sur la route (à Lachine, mercredi) avant de rentrer à Granby et d'y disputer les deux dernières rencontres du calendrier régulier.

«Les Lauréats luttent pour consolider leur place en séries (ils sont au 12e rang, le dernier donnant accès aux éliminatoires) alors que les Condors ont en tête de finir le plus haut possible. À Saint-Hyacinthe, il va falloir travailler fort parce que les Lauréats peuvent te faire mal paraître si tu ne les prends pas au sérieux.»

Simon Bergeron est encore blessé au bas du corps et il ne devrait pas être en uniforme ce soir. Hier, Lapierre jonglait avec l'idée d'envoyer dans la mêlée Félix Guilbault, qui a passé la saison avec le Nordik de Cowansville, dans le junior AA.

Absent dimanche dernier à Sherbrooke en raison d'un virus, Érik Longtin devrait être dans l'alignement à Saint-Hyacinthe. Maxime Fournier, lui, est de retour de son séjour avec le Drakkar de Baie-Comeau et reprendra sa place à la ligne bleue des Inouk ce soir.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer