Marc Bergevin : Une histoire "spéciale" avec Granby

Le temps qu'il a été au Centre sportif... (Photo Catherine Trudeau)

Agrandir

Le temps qu'il a été au Centre sportif Léonard-Grondin, Marc Bergevin s'est montré généreux. Il a serré des mains, signé des autographes et s'est fait prendre en photo avec qui le lui demandait

Photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Avec son aura de star, Marc Bergevin est débarqué au Centre sportif Léonard-Grondin, hier soir, question d'assumer ses fonctions au 45e Tournoi international de hockey bantam de Granby. Et même s'il n'est resté que deux petites heures, son passage a été très remarqué.

Il fallait voir le regard de ceux et celles qui l'ont croisé, hier, pour bien comprendre. À commencer par les joueurs des Vics AA de Yamaska-Missisquoi, avec qui Bergevin a jasé avant leur match les opposant aux Élites de Chaudière-Appalaches.

Plus jeune joueur des Vics, Zachary Brooks avait les yeux grands. Il avait l'air émerveillé.

«J'ai serré la main à M. Bergevin et je me suis fait prendre en photo avec lui! Je n'oublierai jamais ça!», a-t-il lancé

Le temps qu'il a été au Centre sportif Léonard-Grondin, le directeur général du Canadien s'est montré généreux. Il a serré des mains, signé des autographes et s'est fait prendre en photo avec qui le lui demandait. Il n'a dit non à personne.

«Un grand monsieur, un grand monsieur avec de la classe», a laissé tomber le président du tournoi, Normand Côté, qui était fier de sa prise.

Bergevin a enfin reçu une belle ovation de la part des quelques centaines de spectateurs présents à l'ouverture officielle du tournoi. L'homme est respecté, il est aimé et il dégage véritablement quelque chose de particulier, quelque chose que seules les vedettes dégagent.

Oui à Granby

En entrevue avec l'auteur de ces lignes, Marc Bergevin a avoué que, effectivement, il reçoit plusieurs demandes comme celle qui lui est parvenue des gens du tournoi de Granby.

«J'ai dit oui à Granby parce que je considère avoir une histoire spéciale avec votre ville, a-t-il dit. J'ai gagné le tournoi en 1980 avec les Hurricanes de Ville-Émard, je me souviens de plusieurs gros matchs contre vos Vics, sans compter que mon tout dernier match dans la LHJMQ, avec les Saguenéens de Chicoutimi, je l'ai disputé ici, dans cet aréna, en 1985. Quand j'ai vu l'invitation et que j'ai vu que ça venait de Granby, j'ai eu un gros sourire.»

Aux joueurs des Vics, il a livré un message fort simple.

«Je l'ai dit que je me souviens très bien de mes années chez les bantams. Aussi, on a beau avoir juste 14 ans, il faut en profiter. Car je ne sais jamais, jamais, quand ça va s'arrêter. Les beaux moments, il faut les savourer.»

Et ils ont été nombreux à savourer leur rencontre avec le DG du Canadien, hier soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer