Francis Breault, l'heureux entraîneur

«On a une belle équipe, avec un heureux... (photo Yanick Lefebvre)

Agrandir

«On a une belle équipe, avec un heureux mélange de solides vétérans et de recrues qui étonnent. Mais il y a d'autres bons clubs dans cette ligue et il ne faut rien prendre acquis. Les séries s'en viennent et ça, c'est une autre saison, c'est une autre histoire», explique Francis Breault.

photo Yanick Lefebvre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Acton Vale) Les Éperviers de Sorel-Tracy dominent le classement de la Ligue nord-américaine de hockey. Après 30 matchs, ils ne comptent que sept défaites, dont une en prolongation. Derrière le banc, le Valois Francis Breault a le sourire facile.

«On a une belle équipe, avec un heureux mélange de solides vétérans et de recrues qui étonnent, explique Breault, qui a disputé 27 matchs dans la Ligue nationale avec les Kings de Los Angeles entre 1990 et 1993. Mais il y a d'autres bons clubs dans cette ligue et il ne faut rien tenir pour acquis. Les séries s'en viennent et ça, c'est une autre saison, c'est une autre histoire.»

Les Éperviers ont atteint la demi-finale de la LNAH l'an dernier et la grande finale il y a deux ans. Chaque fois, ils ont perdu face aux Marquis de Jonquière, leurs plus proches poursuivants au classement cette saison.

«La ligue est très bien équilibrée. Il y a de meilleures équipes que d'autres au classement, mais il n'y a pas de mauvais clubs. Il faut travailler fort pour gagner chacun des matchs.»

Les Éperviers semblent solides à chacune des positions. Marco Charpentier, qui a joué dans la Ligue américaine après avoir connu une brillante carrière à Baie-Comeau dans la LHJMQ, est le meilleur marqueur de l'équipe et de la LNAH avec une récolte de 61 points, dont 27 buts. Le Granbyen et ex-capitaine des Inouk, Jonathan Delorme, a disputé une dizaine de matchs avec la formation du Bas-Richelieu jusqu'ici cette saison.

Les succès des Éperviers font en sorte que l'équipe attire des foules intéressantes au Colisée Cardin. On a même approché les 2000 spectateurs quelques fois à Sorel-Tracy depuis le mois d'octobre.

«Les propriétaires ont monté quelque chose de solide, reprend Breault, qui a dirigé les défuntes équipes d'Acton Vale et de Saint-Hyacinthe dans la LNAH. Il y a du respect entre les gens de l'organisation et l'organisation est respectée en ville comme à travers la ligue.»

Une ligue en évolution

La LNAH n'a pas toujours eu bonne réputation. Et les grands médias aiment encore lui donner une bonne taloche au visage lorsqu'il y a des débordements. Il n'en demeure pas moins que la ligue présidée par Michel Godin est en pleine évolution: la qualité de jeu n'a jamais été aussi relevée et il y a beaucoup moins de matamores qu'avant au sein des alignements des équipes.

«Ça fait trois ans que je suis revenu dans la LNAH, souligne Francis Breault. Et quand je suis débarqué à Sorel-Tracy, j'ai été étonné de voir à quel point le calibre s'était amélioré. Écoutez, ça ne peut pas faire autrement. Avec tous ces joueurs qui ont évolué dans la LHJMQ et ensuite dans les rangs professionnels, ça t'assure d'un gros niveau de jeu.»

De récentes mêlées générales survenues à Saint-Georges et à Jonquière (dans un match impliquant justement les Éperviers) ont néanmoins fait jaser et fait mal paraître la LNAH.

«En matière de robustesse, notre ligue ressemble à la Ligue nationale d'il y a 25 ou 30 ans. Rappelez-vous, même le Canadien avait un ou deux durs dans son alignement à l'époque. Et il y avait des mêlées générales à l'occasion. On offre du bon hockey, mais ça reste du hockey senior. Et dans le senior, il y aura toujours de la bagarre.»

Oui, Breault se plaît à Sorel-Tracy, même s'il doit se payer une heure de route une couple de fois par semaine pour vivre sa passion.

«Après avoir dirigé les Voltigeurs de Drummondville, je me suis consacré à ma famille pendant cinq ou six ans. Aujourd'hui, à 47 ans, j'ai plus de temps. Est-ce que j'aimerais retourner dans la LHJMQ? Peut-être, je ne dis pas non. Mais j'ai du plaisir présentement à Sorel-Tracy.»

Quand un entraîneur dirige une équipe gagnante, il a toujours du plaisir.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer