Maxence Parrot rentre au bercail

Maxence Parrot sera de passage à Ski Bromont... (photo Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Maxence Parrot sera de passage à Ski Bromont ce samedi pour prodiguer des conseils aux jeunes planchistes lors de la première «Nuit Blanche» de la saison.

photo Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Maxime Massé
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Bromont) La station Ski Bromont aura de la grande visite samedi prochain pour sa première «Nuit Blanche» de la saison. Maxence Parrot, qui revient au Québec pour le temps des Fêtes, sera sur place afin de conseiller les jeunes sur les pistes où il a lui-même fait ses premières descentes.

«Je suis vraiment content qu'ils m'invitent. C'est là que j'ai appris à faire mes manoeuvres à mes débuts. C'est vraiment grâce à cette montagne, à Ski Bromont, que je me suis rendu là où je suis aujourd'hui. Ça va être bien de coacher les jeunes, leur montrer ma passion et leur donner de petits trucs au passage.»

Le planchiste bromontois âgé de 20 ans, qui évolue sur la scène internationale, aime bien retourner à la maison lorsque son calendrier le lui permet. Il a même acheté un condo tout près de la montagne cet été.

«Moi, j'ai toujours vécu à Bromont. Il était temps que je parte de chez mes parents et que je vive dans mes affaires, dit-il en riant. J'y invite mes amis et on va rider dès qu'on en a la chance.»

Une situation qui se produit moins souvent l'hiver alors qu'il parcourt le globe d'une compétition à l'autre. La jeune vedette du circuit professionnel de surf des neiges était d'ailleurs toujours à Breckenridge au Colorado hier, où il a pris part au Dew Tour il y a quelques jours.

«Je voyage vraiment gros pendant l'hiver. Je ne suis pas souvent au Québec, je vais donc à Bromont peut-être cinq ou six fois. Là, j'arrive à Montréal jeudi. Je suis content de pouvoir être avec ma famille pour Noël et je vais repartir début janvier pour aller m'entraîner à Whisler ou à Park City en Utah.»

Remis de sa chute en Chine

À Breckenridge, Parrot a profité des derniers jours pour essayer de nouvelles planches. Ce n'est pas que les siennes posaient problème, mais plutôt que le Bromontois, comme bon nombre d'athlètes de haut niveau, a visiblement un côté perfectionniste.

«Ça allait super bien, mais je me suis fait faire des planches exactement comme je voulais les avoir. C'est moi qui ai fait le design et supervisé la fabrication de A à Z. C'est comme un pro-model, mais ce ne sera pas en vente. C'est vraiment juste pour moi et personnalisé à mes besoins.»

À la première étape de la série Air & Style présentée à Pékin en Chine, Parrot a décroché une 4e place au Big Air, terminant au bas d'un podium 100 % norvégien. Puis, au Dew Tour, où il disputait sa première compétition de slopestyle de la saison, il a été incapable de se qualifier pour la finale. «Ça fait deux compétitions de suite où ça a moins bien été pour moi», a-t-il reconnu.

Le planchiste québécois a refusé de mettre sa contre-performance au Dew Tour sur le dos de la violente chute dont il a été victime en finale du Big Air à Pékin. «En Chine, je me suis peut-être fait une petite commotion en plus de me tordre le genou un peu, mais là, ça va super bien. Je suis en pleine forme.»

Il a plutôt attribué son élimination en demi-finale à ses nouvelles manoeuvres, qu'il peaufine encore. «C'était mon premier slopestyle de l'année, souligne Maxence. J'ai fait de nouveaux trucs que j'ai appris cet été et que j'avais jamais faits en compétition avant. Je les ai réussis, mais je n'ai pas atterri à la perfection, ce qui a sûrement a joué sur mon score.»

Deux titres à défendre aux prochains X Games

Toute son attention est maintenant dirigée vers les X Games, qui se dérouleront du 22 au 25 janvier à Aspen au Colorado. L'an passé, Parrot s'était fait un nom en remportant l'or autant en slopestyle qu'au Big Air, un exploit pas banal.

Et il espère bien récidiver cette année, alors que de nombreux planchistes des quatre coins du monde tenteront de le détrôner.

«C'est vraiment la plus grosse compétition de l'année. Ça ne s'est jamais fait encore quelqu'un qui gagne deux médailles d'or deux années de suite aux X Games. Ce serait cool de réussir à faire ça. C'est vraiment là-dessus que je me concentre en ce moment.»

Et il travaille fort sur l'une des manoeuvres qui, espère-t-il, seront suffisantes pour séduire à nouveau les juges. «J'ai appris à faire un backside double cork 1080 il y a plusieurs années et là, je pratique le même mouvement, mais en switch, donc de mon mauvais bord. Aux X Games, il y a quatre sauts en slopestyle. J'aimerai pouvoir montrer que j'ai une bonne technique en étant capable de tourner dans tous les sens.»

 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer