Pier-Olivier Laflamme participe à la course Chiba Ekiden

Pier-Olivier Laflamme, un coureur de 27 ans originaire... (photo fournie)

Agrandir

Pier-Olivier Laflamme, un coureur de 27 ans originaire de Granby, a pris part avec l'équipe canadienne au Chiba Ekiden qui avait lieu la semaine dernière au Japon. Des spectateurs lui ont demandé son autographe après la course et certains l'ont même approché pour prendre des photos en sa compagnie.

photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Granby) Habitué à s'entraîner en solitaire, il est plutôt rare que le coureur d'origine granbyenne Pier-Olivier Laflamme se retrouve à signer des autographes au terme d'une épreuve.

C'est pourtant ce qu'il a vécu la semaine dernière alors qu'il était au Japon pour représenter le Canada au Chiba Ekiden. Ce marathon à relais opposant des coureurs provenant des quatre coins du globe est l'un des plus importants du genre.

L'athlète de 27 ans a été à même de le constater à sa première participation à cette compétition internationale.

«Le Ekiden, c'est très, très gros au Japon. C'est même diffusé à la télévision nationale. Comme c'est un gros événement, on est perçu un peu comme des vedettes. J'ai pris des photos avec je sais pas combien de jeunes là-bas. On signe aussi des autographes, c'est quand même assez spécial», raconte Pier-Olivier Laflamme.

Ce dernier a obtenu son billet pour l'événement en remportant le championnat canadien de 5 km sur route présenté en septembre à Toronto. Cette victoire lui a assuré une place au sein de l'équipe canadienne d'athlétisme envoyée sur l'archipel nippon pour défendre les couleurs du pays.

«C'était ma première fois au Japon, en fait en Asie. C'est dépaysant pas mal. Mais le gros de l'expérience a été de faire une première équipe nationale. De se retrouver comme ça en groupe, c'était très différent. Normalement, la course, c'est un sport individuel tandis que l'Ekiden se fait en équipe, comme c'est un relais.»

Appelé à jouer le rôle de réserviste, il n'a pas eu la chance de prendre part à l'épreuve principale, soit le marathon à relais, où l'équipe canadienne a pris le 7e rang. Il a néanmoins participé à la course de 5 km organisée spécialement pour les coureurs remplaçants.

«J'ai quand même couru lors de la course pour les substituts où l'on était seuls contre le chrono et les autres. J'ai fini au 5e rang avec un temps de 14 minutes et 10 secondes au 5000 m sur piste», souligne-t-il.

Maintenant établi à Québec, c'est durant ses études à l'Université Laval que Pier-Olivier Laflamme a développé une passion pour la course à pied. Là-bas, il a notamment grossi les rangs de l'équipe d'athlétisme du Rouge&Or avec laquelle il a beaucoup progressé.

D'abord un adepte du 800 m et du 1500 m, il s'est ensuite attaqué avec succès à des parcours de 5 km et 10 km. Cela fait d'ailleurs deux années consécutives qu'il est le champion québécois du 10 km sur route.

Et l'athlète, qui dit courir en moyenne plus de 100 km par semaine, vise à devenir encore plus rapide sur ces deux distances.

«J'ai l'impression qu'il y a de la place au niveau des temps pour que je puisse avoir des chronos encore plus intéressants sur 5 km et 10 km. Pour le moment, je n'envisage pas de monter la distance ou de commencer à faire des marathons. Je compte bien profiter de mes années où j'ai une bonne rapidité pour améliorer mes chronos.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer