Alexandre, une recrue expérimentée

Tout porte à croire qu'Alexandre Coulombe (74) a... (photo Judith St-Pierre pour les Cataractes de Shawinigan)

Agrandir

Tout porte à croire qu'Alexandre Coulombe (74) a fait sa place parmi la brigade défensive des Cataractes de Shawinigan.

photo Judith St-Pierre pour les Cataractes de Shawinigan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Granby) Alors que les formations de la LHJMQ franchiront bientôt le cap de la mi-saison, tout porte à croire qu'Alexandre Coulombe a fait sa place parmi la brigade défensive des Cataractes de Shawinigan. Ce retour vers le hockey junior majeur québécois s'avère fructueux pour l'athlète granbyen, qui jonglait jadis avec la possibilité de se tourner vers les collèges américains.

Ayant raté quelques matchs en raison des suites d'une commotion cérébrale, Alexandre Coulombe a disputé 22 parties jusqu'ici, amassant deux mentions d'aide. À sa première saison dans la LHJMQ, le Granbyen de 19 ans affiche présentement un différentiel de moins-3, lui qui a également passé 10 minutes au cachot.

Il faut néanmoins savoir que la contribution offensive ne constitue pas l'atout principal du défenseur format géant (6'3, 202 lb), qui se décrit d'ailleurs comme un joueur à caractère défensif. S'il admet avoir mis quelque temps à s'habituer au style de jeu rapide qui prévaut dans la LHJMQ à la sortie d'un séjour dans l'Ouest canadien, Coulombe se dit satisfait de ses performances ces derniers temps.

Comme c'est le cas pour plusieurs joueurs atteignant la LHJMQ à l'âge de 19 ans, le défenseur granbyen comble un besoin spécifique à Shawinigan. «À mon âge, je suis un peu une recrue avec de l'expérience», estime le principal intéressé.

Coulombe peut par ailleurs compter sur le soutien de l'entraineur Martin Bernard, qu'il avait déjà côtoyé dans l'organisation des Cantonniers de Magog au niveau midget AAA. «Il sait exactement ce que je peux apporter et comment dealer avec moi», explique Coulombe, joint hier par La Voix de l'Est à la veille d'un affrontement face aux Mooseheads d'Halifax. L'entraîneur Bernard utilise son #74 dans un rôle de type shut-down, comprenant des missions défensives face aux meilleurs attaquants adverses ainsi qu'une utilisation régulière en situation d'infériorité numérique.

Tourné vers l'avenir

Après avoir flirté avec le bas du classement durant deux saisons, les Cataractes semblent en pleine relance. Avec une fiche de 13-11-2, Shawinigan occupe actuellement le 11e rang au classement général du circuit Courteau. Un rendement qui en a surpris plusieurs, croit Alexandre Coulombe: «Il n'y a pas beaucoup d'équipes qui pensaient qu'on allait être aussi compétitifs cette année». Le Granbyen dit se plaire au côté de joueurs tels que Dylan Labbé (choix de 2e ronde du Wild du Minnesota en 2013) et Anthony Beauvilier, un «grand travaillant» qui figure parmi les meilleurs espoirs québécois au prochain repêchage amateur de la LNH. Et l'avenir semble prometteur à Shawinigan, quand «les jeunes auront atteint leur top».

S'il accumule divers crédits grâce à des cours à distance, Coulombe refuse toutefois de faire de l'université son plan A pour la suite des choses. Malgré la présence de nombreux défenseurs d'expérience chez les Cataractes, il espère voir son expérience en Mauricie se prolonger au-delà de la présente saison. Dans un tel cas, on devrait lui attribuer l'une des trois précieuses places de joueurs de 20 ans dont dispose chaque équipe. «C'est sûr que je suis pas venu ici en ne sachant pas à quoi m'attendre. Je ne suis pas venu ici pour perdre mon temps pendant un an», affirme Coulombe. Selon lui, la période du temps des Fêtes, habituellement riche en transactions dans le monde du hockey junior québécois, risque de venir bouleverser la brigade défensive shawiniganaise. Voilà qui pourrait bien jouer en la faveur du Granbyen

Un heureux dénouement

Pourtant, comme le rapportait Le Nouvelliste l'été dernier, Coulombe a bien failli ne jamais poser les pieds sur une patinoire de la LHJMQ. Les recruteurs du circuit connaissant son intérêt pour le réseau de développement des collèges américains, le Granbyen avait été ignoré lors de la séance de repêchage d'entrée de 2012. Le défenseur avait en effet signé une entente avec les Catamounts de l'Université du Vermont.

Question de conserver son admissibilité aux collèges américains, Coulombe s'est alors dirigé vers la «preparatory school» Stanstead College, avant de joindre les Vees de Penticton, une formation «junior A» de la British Columbia Hockey League.Un nouveau revirement de situation est toutefois survenu lorsque des «complications» ont amené les Catamounts à repousser d'une autre année l'arrivée du défenseur dans ses rangs.

Une fois la déception passée, la LHJMQ est redevenue une destination de choix. Un heureux dénouement, sommes toutes.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer