Basketball collégial : les Inouk prêtes à renverser les Voltigeurs

Tout comme les gars, les filles des Inouk... (photo Archives la Voix de l'Est)

Agrandir

Tout comme les gars, les filles des Inouk affronteront les Voltigeurs ce soir au Cégep de Drummondville.

photo Archives la Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Granby) Les deux clubs des Inouk du basket prendront ce soir la route pour Drummondville, où ils y affronteront les Voltigeurs pour la première fois de la saison. Les gars lutteront pour se hisser au deuxième rang du classement, tandis que les filles tenteront de renouer avec une fiche gagnante.

La bataille s'annonce particulièrement rude du côté masculin. Les Inouk et les Voltigeurs comptent chacun quatre victoires et un revers depuis le début de la campagne. L'équipe qui sortira gagnante de ce duel s'emparera du même coup de la deuxième place de la section Centre du Québec.

«Ils ont notamment un bon joueur de centre qu'il va falloir contrôler. Pour le reste, si on fait ce qu'on a à faire, qu'on exécute bien nos jeux en attaque et en défense, ça devrait bien aller pour nous», résume l'entraîneur des Inouk masculins, Philippe Côté-Jacques.

Ce dernier reconnaît que l'enjeu viendra donner une saveur particulière à la rencontre. «Ça risque fort de déterminer qui occupera la deuxième place avant Noël. C'est gros, mais ça va être le fun. J'ai bien hâte de voir comment les gars vont sortir», note Côté-Jacques.

L'année passée, les Inouk avaient connu une belle saison, ayant fini tout juste derrière les puissants Cougars du Collège Champlain-Lennoxville grâce à une fiche de 13-3. Avec une seule défaite à leurs cinq premiers départs, ils sont en bonne voie pour répéter le même exploit.

«Je suis bien content des gars. Honnêtement, je suis même surpris. Je ne m'attendais pas à ça cette année. Les gars travaillent fort, ils font ce qu'ils ont à faire et on est sortis quatre fois avec la victoire jusqu'ici, ce qui est le fun pour toute l'équipe.»

N'empêche que les gars des Inouk du basket ont encore des ajustements à apporter s'ils souhaitent se rendre plus loin que l'an dernier. Leur parcours s'était alors terminé lors des régionaux, les privant d'une place au championnat provincial.

«En attaque, il y a toujours du travail à faire, mais on a vraiment une bonne défense. À l'offensive, il faut par contre peaufiner notre jeu, améliorer nos lancers et être capables de mieux exécuter nos jeux lorsqu'on tente de s'approcher du panier», énumère leur coach.

Surtout que leur match suivant - le dernier avant leur long congé des Fêtes - les opposera le vendredi 5 décembre à Lennoxville (4-0), qui demeure toujours invaincu. «C'est la grosse équipe de la Ligue. Ils ont presque tout gagné par 30 points d'avance à date alors ça va être un très, très gros match pour nous», prévoit déjà Côté-Jacques.

Les filles confiantes de renouer avec la victoire

De leur côté, les filles des Inouk essayeront de rebondir face à Drummondville ce soir après avoir perdu leur dernier match 61-42 contre Trois-Rivières.

Un défi certainement à leur portée. Si les représentantes du Cégep de Granby (3-3) jouent pour ,500, les Voltigeurs (1-5) croupissent plutôt dans les bas-fonds du classement général.

«Retrouver une fiche gagnante, c'est ça qu'on vise. Ils ont juste une victoire à leur fiche, donc c'est sûr que c'est accessible (...) On va mettre beaucoup de pression sur leurs joueuses pour tenter de créer des revirements et pouvoir compter des paniers faciles», souligne l'entraîneur-chef des Inouk du basket féminin, John Van Doorn.

Actuellement en cinquième position, les filles des Inouk aimeraient bien se qualifier pour les championnats régionaux cette année en terminant la campagne dans le top-4. Pour le moment, Van Doorn se dit satisfait de la situation dans laquelle se retrouve son club.

«Jusqu'ici, on en a échappé juste une contre Victoriaville, qu'on aurait dû gagner. On devrait donc être à 4-2, mais on peut encore viser la 4e place. Sherbrooke, Lennoxville et Trois-Rivières sont une coche en avant de tout le monde. On se bat donc avec les autres pour la dernière place qui donne accès aux régionaux.»

Si les Inouk gagnent ce soir, elles rejoindront d'ailleurs Sorel-Tracy (4-3) au quatrième rang. «C'est à notre portée. J'aimerai beaucoup qu'on atteigne les régionaux pour aller chercher de l'expérience. L'année prochaine, on perd juste une ou deux filles et on a de bonnes joueuses qui s'en viennent. On pourra alors viser une place aux régionaux, mais aussi aux provinciaux», indique John Van Doorn.

Très content de ses trois recrues- Natasha Gosselin qu'il qualifie de «belle surprise», Frédérique David qui «nous donne du bon basket» et de Mathilde Campbell qui revient d'une blessure -, il a aussi souligné le bon travail effectué par son trio de capitaines composé de Sarah Vincent, Félicia Maillot et Maryse Grenier.

Tout juste retirées de la liste des blessées, les trois capitaines seront en uniforme ce soir face à Drummondville même si elles n'ont pas encore atteint leur pleine vitesse de croisière. «Dans l'ensemble, le maniement de balle est notre gros défaut, mais on a du guts et beaucoup de coeur. Nos vétéranes ont du chien et elles poussent les jeunes à jouer de la même façon», se réjouit-il.

Comme leurs homologues masculins, les Inouk concluront ensuite leur première moitié de saison contre Lennoxville le vendredi 5 décembre. Un match qui promet également puisque les Cougars sont tout aussi dominantes dans la division féminine, où elles sont parfaites cette saison avec cinq gains et aucun revers.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer