Le Bol d'Or de retour à Granby

Cela fait sept ans que les Incroyables juvéniles... (photo Maxime Massé)

Agrandir

Cela fait sept ans que les Incroyables juvéniles n'avaient pas savouré une conquête du Bol d'Or. Ils ont mis fin à cette disette en signant une victoire de 9-6 contre le Laser de l'école des Sentiers de Charlesbourg samedi à Trois-Rivières.

photo Maxime Massé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Maxime Massé
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Granby) Après une attente de sept ans, les Incroyables juvéniles de l'école secondaire J.-H.-Leclerc sont à nouveau champions québécois.

Ils ont ramené le Bol d'Or à Granby en battant 9-6 le Laser de l'école des Sentiers de Charlesbourg en grande finale de football scolaire de division 2, samedi, à Trois-Rivières.

«C'est une belle victoire d'équipe. Lorsqu'il fallait écouler le cadran, l'attaque l'a fait. Lorsqu'il fallait les arrêter, la défensive l'a fait. Tout le monde a contribué et c'est vraiment ça qui fait des équipes championnes», a lancé les larmes aux yeux, l'entraîneur-chef Jean Jr Petit, quelques instants après le triomphe de son club.

L'émotion était aussi palpable du côté des joueurs lors des célébrations d'après-match. «On vient tout juste de gagner et je ne sais pas trop quoi ressentir. C'est trop d'émotions en même temps. C'est un gros rush, c'est intense. Je suis juste vraiment heureux d'enfin pouvoir soulever le Bol d'Or», a raconté l'imposant joueur de ligne défensive, Sidy Sow.

En remportant ce douzième et ultime match, les Incroyables ont aussi accompli un exploit rare en connaissant une saison parfaite. La seule fois où ils ont passé près de subir la défaite cette année aura été lors de cette finale provinciale qui a été serrée jusqu'à la toute fin.

Un parcours sans faille qui vient donner une saveur toute particulière à cette conquête du Bol d'Or, reconnaît M. Petit qui vivait l'expérience pour une deuxième fois avec les Incroyables.

«Personne n'a trouvé le moyen de nous battre. C'est véritablement une dream team. C'est de même qu'on va pouvoir appeler cette équipe. Ils vont se souvenir de ça toute leur vie ces gars-là. Ils ont travaillé très fort pour se rendre jusqu'ici et ils méritent tout ce qu'il leur arrive.»

La finale a été résolument défensive, les deux équipes cherchant à éviter les erreurs coûteuses. Les Incroyables, qui ont marqué en moyenne 35 points par match cette saison, ont cette fois été limités à un touché et un placement.

Mais leur défense a encore une fois offert une solide performance n'accordant que deux placements à leur rivaux de la région de Québec. L'attaque du Laser a cogné quelques fois à la porte des buts, mais la défensive granbyenne s'est dressée à chaque occasion.

L'unique touché de la rencontre a été l'oeuvre du porteur de ballon des Incroyables, William Grondin. Il a atteint la zone payante au premier quart sur une courte course. Il a aussi obtenu de nombreux premiers jeux qui ont permis au club granbyen d'écouler le temps alors qu'il s'accrochait à sa mince avance en deuxième demie.

C'est d'ailleurs sans surprise qu'il s'est vu remettre le titre de meilleur joueur du match. «C'est incroyable. Je ne pensais pas recevoir ça, c'est vraiment exceptionnel. C'est une sensation qui ne se décrit pas. Ça arrive une fois dans une vie et c'est très le fun à vivre», a souligné la jeune vedette de la finale.

Une véritable guerre de tranchées

Les Incroyables ont été les premiers à inscrire des points au tableau. Après avoir vu l'attaque remonter le terrain jusqu'à la ligne des buts, Grondin s'est chargé de la traverser sur un jeu au sol de quelques verges au milieu du premier quart.

Le Laser a toutefois bloqué le converti privant les porte-couleurs de J.-H.-Leclerc d'un précieux point. En avance 6-0, les nouveaux champions en ont ajouté trois de plus réussissant un botté de placement au début du quart suivant.

Une série de pénalités et quelques courses bien exécutées ont ensuite permis aux joueurs de l'école des Sentiers d'atteindre la ligne de 20 verges des Incroyables. Mais la pression exercée par la ligne défensive granbyenne, qui a notamment mené à un sac du quart de Jérémy Gileau, a forcé le Laser à se contenter d'un placement.

À la suite d'une mauvaise séquence à l'attaque, les Incroyables ont vu leurs adversaires reprendre le ballon et revenir à la charge avec un peu plus d'une minute à faire au deuxième quart. Trois longues passes plus tard, le Laser se retrouvait à deux verges de la ligne des buts.

En bonne posture pour prendre les devants, leur attaque s'est toutefois butée à la défense du Bourgogne et Noir qui a bloqué une course et rabattu les deux passes qui ont suivi. Encore une fois, Charlesbourg a été forcé d'y aller pour un placement tout juste avant la mi-temps.

Écouler le temps et revirements opportuns

De retour des vestiaires, la stratégie des Incroyables était simple. «Comme la game était très serrée, ce qu'on voulait, c'est gagner des verges et gruger le temps. Manger le temps, manger le temps, manger le temps, a martelé Jean Jr Petit. Et c'est ce que notre attaque a réussi à faire, même si on n'est pas parvenus à  atteindre la zone de touché en deuxième demie.»

Le quart-arrière des Incroyables, Cédric Tousignant, qui a rejoint avec succès et en plusieurs occasions sa cible favorite, Christian Archambault, a certainement contribué. Mais l'équipe doit aussi une fière chandelle à Grondin qui a obtenu plusieurs premiers jeux importants, profitant des couloirs de course ouverts par ses coéquipiers de la ligne à l'attaque.

Les Granbyens ont aussi remporté la bataille des revirements, Gabriel Gagné-Bédard et Anthony Casavant y allant chacun d'une interception opportune en deuxième demie. La seconde qui est survenue avec trois minutes à faire au match a littéralement semé l'hystérie parmi les dizaines et dizaines de partisans des Incroyables qui avaient fait le voyage avec l'équipe.

Quelques instants plus tard, les dernières secondes s'écoulaient et les Incroyables ont vite fait de soulever leurs casques en signe de victoire. S'en est suivie la douche de Gatorade de M. Petit qui a lancé le bal pour le reste des festivités, dont la traditionnelle séance de photos réservée aux champions.

Une fin rêvée pour une saison parfaite. Surtout pour la vingtaine de joueurs comme Tousignant qui disputaient leur tout dernier match dans l'uniforme des Incroyables.

«Je ne le réalise pas encore que nous sommes les nouveaux champions provinciaux. Je suis content, mais en même temps, c'était peut-être ma dernière game de foot à vie. Mais bon, tu ne peux pas demander mieux pour terminer que de ramener le trophée du Bol d'Or à Granby.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer