Maxence Parrot, l'heureux globe-trotter

Maxence Parrot à l'entraînement, dans un gymnase de... (photo Janick Marois)

Agrandir

Maxence Parrot à l'entraînement, dans un gymnase de Bromont. «Quand tu pratiques ce sport de façon professionnelle, t'as pas le choix d'être dans une condition physique impeccable. Le succès ne passe pas juste par ça, mais il passe notamment par ça», explique-t-il.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Bromont) Il arrive d'un mois passé en Australie. Fin novembre, il va aller faire un tour du côté de Whistler, en Colombie-Britanique. Et ensuite, ce sera la Chine et le Colorado. Voilà à quoi ressemble la vie de Maxence Parrot, olympien en surf des neiges et heureux globe-trotter.

Lorsque l'auteur de ces lignes a lâché un coup de fil au jeune homme en début de semaine, il a été surpris de constater qu'il était chez lui, à Bromont. Car il est rarement à la maison, rarement même au pays. À 20 ans, il parcourt la planète comme vous et moi parcourons la région, le Québec au mieux.

«Ben oui, j'suis dans le coin, a-t-il lancé, un sourire dans la voix. J'suis même ici pendant quelques semaines encore! J'le sais, c'est rare!»

Si vous voulez rencontrer Parrot, il faut se rendre au gymnase. Car après s'être entraîné en piste en Australie, il fait travailler ses muscles. Il faut être en forme et être fort pour faire du surf des neiges.

«Quand tu pratiques ce sport de façon professionnelle, t'as pas le choix d'être dans une condition physique impeccable. Le succès ne passe pas juste par ça, mais il passe notamment par ça.»

En Australie, il s'était loué un condo avec deux coéquipiers de l'équipe canadienne de surf des neiges. «On s'est entraînés fort», dit-il. Mais avouons que s'entraîner en Australie, y a pire que ça.

«Quand je rentre au Québec et que je passe un bout ici, c'est là que je me rends compte que je suis chanceux de me promener à travers le monde comme ça. Des fois, je croise des gens qui me disent: "Je m'en vais en Europe, j'ai tellement hâte! ". C'est leur premier voyage en deux ans pendant que moi, je suis plus souvent à l'étranger qu'à la maison. Oui, je me considère très privilégié de vivre la vie que je vis.»

Une vie qu'il ne changerait d'ailleurs pour rien au monde.

«Du pays, j'en ai vu depuis quatre ans. Voyager pour sauter dans les airs avec ma planche, c'est ma vie. Je n'ai pas une carrière, j'ai plutôt un mode de vie.»

L'après-Sotchi

Ça ne fait pas des années que La Voix de l'Est vous parle de Maxence Parrot. Aux yeux de plusieurs, il est passé d'inconnu à star de son sport du jour au lendemain. Le pire, c'est que c'est un peu vrai.

«Personne ne me connaissait et, tout d'un coup, ça a explosé! , admet-il. Il faut dire que notre sport aussi a explosé. C'est spécial, c'est vrai. Moi aussi, ça m'a un pris un peu par surprise.»

N'empêche qu'il affirmera que l'après-Sotchi n'a pas été aussi faste qu'il aurait pu s'y attendre.

«Certains pensaient que les commanditaires allaient faire la file, mais ça n'a pas été le cas. Faire les Olympiques apporte une reconnaissance, mais, six mois plus tard, les gens se souviennent des médaillés, pas de ceux qui ont fini en cinquième place comme moi. C'est comme ça que ça marche. Mais c'est correct, j'ai bien l'intention d'être là en 2018, en Corée du Sud.»

Postolympique

Maxence Parrot va entamer sa nouvelle saison début décembre, en Chine. En cette année postolympique, il n'a pas encore une tonne de compétitions à l'horaire. L'année qui suit des Jeux, on le sait, est généralement plus tranquille.

«C'est plus tranquille et, de toute façon, je voulais diminuer mon nombre de présences en piste afin de me laisser plus de temps pour l'entraînement, explique-t-il. La saison dernière, j'ai dû faire 22 ou 23 compétitions, ce qui est beaucoup trop.»

Aux X Games, à Aspen au mois de janvier, il va défendre ses titres en «Big Air» et en «slopestyle». Ce sont les X Games qui l'ont mis au monde, l'an dernier.

«Je suis confiant. Je suis en forme, autant physiquement que mentalement, et j'ai développé de nouvelles techniques à l'entraînement. Franchement, ça s'annonce bien.»

On va le suivre de près.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer