Anthony Calvillo, un homme de parole

Sous l'oeil attentif de Justin Choquette, Anthony Calvillo... (photo Janick Marois)

Agrandir

Sous l'oeil attentif de Justin Choquette, Anthony Calvillo s'est adressé hier aux joueurs du programme de football de l'école secondaire Jean-Jacques-Bertrand.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Farnham) Anthony Calvillo et Justin Choquette ont deux points en commun: leur amour du football et... la lutte contre la maladie. Et les deux en ont jasé, hier.

L'ancien quart-arrière des Alouettes était de passage à l'école Jean-Jacques-Bertrand de Farnham afin de rencontrer les joueurs du programme de football de l'institution, mais surtout pour reprendre une conversation qu'il avait entamée avec Justin, un porte-couleurs des Astérix, au cours de l'été.

Justin, 17 ans, est en rémission d'un cancer du sang. Il a repris l'école il y a trois semaines après avoir passé plusieurs mois à l'hôpital. Lorsque Calvillo est allé le voir à l'hôpital, il n'était pas dans une très bonne journée, il n'était pas très jasant. Mais l'ex-numéro 13 lui avait promis qu'ils allaient se revoir. Il a tenu parole.

«Quand tu te bats contre la leucémie et que tu as peur, sentir l'appui de quelqu'un comme Anthony Calvillo, ça aide, ça aide beaucoup», a expliqué Justin, un solide gaillard.

En 2010, on a diagnostiqué un cancer de la glande thyroïde à Calvillo. Il s'en est sorti. Trois ans plus tôt, c'est son épouse qui apprenait qu'elle devrait livrer bataille au grand C. Elle s'en est aussi sortie.

«La maladie, je connais ça, a mentionné celui dont les Alouettes viennent de retirer le numéro 13. Et quand je vois un jeune homme comme Justin se battre avec coeur et passé à travers, je suis tellement content. C'est une leçon de vie qu'il nous donne à tous.»

Mais hier, Justin semblait mal à l'aise avec l'attention dont il faisait l'objet.

«C'est gênant! , a-t-il lancé. Anthony Calvillo qui se déplace pour moi deux fois, c'est quelque chose. C'est un monsieur que j'admire, que j'admire beaucoup. Pas juste parce qu'il a connu une carrière exceptionnelle, mais aussi parce que c'est un monsieur qui a du coeur et de la classe. Je me sens vraiment très privilégié.»

On ne sait trop ce que Calvillo a raconté à Justin en privé. Mais on peut vous dire que le garçon avait les yeux grands en écoutant son inspiration parler de sa carrière et donner des conseils aux jeunes footballeurs venus l'entendre. C'était beau à voir.

Mettre l'effort

Aux joueurs de football de Farnham, Anthony Calvillo avait un message fort simple. Simple et puissant à la fois. Pour connaître du succès, leur a-t-il dit, il faut y mettre l'effort.

«J'ai commencé à jouer du bon football quand j'ai commencé à m'entraîner beaucoup plus fort. Pour réussir, tu n'as pas le choix, il faut travailler. C'est le cas au football, mais c'est aussi le cas à l'école, dans n'importe quoi. De façon générale, plus tu travailles, plus tu vas avoir du succès.»

Calvillo a aussi félicité les footballeurs de Jean-Jacques-Bertrand pour le soutien qu'ils ont offert à Justin Choquette pendant que celui-ci luttait contre la maladie.

«Ça a fait une différence, c'est certain. Moi, j'ai connu des difficultés quand j'étais jeune et j'ai commencé à aider mon prochain plus tard dans ma vie. Être bon, être une bonne personne, c'est important, et c'est ce que j'essaie d'inculquer à mes propres enfants. Vous, vous avez commencé de bonne heure à être de bonnes personnes. Vous ne regretterez jamais d'être à l'écoute des besoins des autres...»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer