Lajoie sera devant le filet des Inouk, ce soir, à Valleyfield

« La confiance, ça vient avec le succès. Si... (photo Alain Dion, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

« La confiance, ça vient avec le succès. Si je peux connaître une couple de bons matches, ça va se replacer, je le sais », explique Charles-Olivier Lajoie.

photo Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Les Inouk n'ont remporté que deux de leurs 11 premiers matches et ils ont accordé pas moins de 64 buts jusqu'ici. On a beau parler de la sauce qui n'a pas encore pris, d'indiscipline et quoi encore, reste que les gardiens doivent offrir un meilleur rendement.

Face aux Braves, ce soir à Valleyfield, Charles-Olivier Lajoie sera devant le filet. Il s'agira de son troisième départ de la saison.

«C'est une nouvelle chance qui s'offre à moi, lance l'athlète de 18 ans. Et cette fois, j'entends bien la saisir.»

En tout et pour tout, Lajoie a participé à cinq matches depuis le début de la saison. Sa moyenne de buts alloués est de 5,55 et son pourcentage d'arrêts, de ,815. En comparaison, Simon Bergeron, après 10 rencontres, a une moyenne de 5,84 et un pourcentage de ,806.

Bergeron est toujours considéré comme le gardien numéro un des Inouk. Mais puisque l'équipe ne gagne pas, on a l'impression que l'entraîneur David Lapierre va dorénavant donner le filet à celui qui, tout simplement, va lui permettre de remporter des matches.

«Parce que je venais d'être retranché par les Tigres de Victoriaville, j'étais un peu down quand je suis arrivé à Granby, avoue Lajoie. Mais justement, mon but est de retourner dans la LHJMQ et, pour ce faire, il faut que je joue du bon hockey ici. Je viens de la région, j'ai un paquet d'amis dans le vestiaire et je veux aider les Inouk à connaître du succès à nouveau.»

Celui qui est né à Drummondville - mais qui a passé le plus gros de son enfance à Cowansville - admet aussi que sa confiance n'est pas à son top niveau présentement.

«La confiance, ça vient avec le succès. Si je peux connaître une couple de bons matches, ça va se replacer, je le sais.»

Le même but

Charles-Olivier Lajoie affirme qu'il a une bonne relation avec Simon Bergeron.

«Simon, c'est un super bon gars. On veut garder le filet tous les deux, c'est sûr, mais on s'encourage, on s'aide. En bout de ligne, on veut tous les deux que l'équipe gagne.»

À la suite de la victoire de 12-7 contre le Collège Français de Longueuil vendredi dernier, ils étaient nombreux à penser que les Inouk étaient repartis du bon bord. Le ballon a toutefois dégonflé deux jours plus tard quand les Granbyens ont perdu 7-3 à Sherbrooke.

«Je suis convaincu que le meilleur s'en vient, pense Lajoie. On a eu de bons entraînements cette semaine et on a eu de bons meetings aussi. Je sais que je ne suis pas le premier à le dire, mais c'est vrai quand même: nous ne sommes pas une équipe de dernière place, on a une bien, bien meilleure équipe que notre fiche (2-8-1) ne l'indique. Et je sais qu'on est à la veille de le démontrer.»

Ça adonne bien, les partisans des Inouk commencent à avoir hâte qu'ils le fassent.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer