Le Canadien rate sa rentrée

Andrei Markov... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Andrei Markov

Photo Bernard Brault, La Presse

Partager

(Montréal) Le camp d'entraînement a été court et le Canadien ressemblait à une équipe qui avait encore besoin de pratique, samedi soir, au Centre Bell. Résultat, le Tricolore a raté sa rentrée, lui qui s'est incliné 2-1 devant les Maple Leafs de Toronto.

Non, le Canadien n'a pas été convaincant, loin de là. Carey Price a été bon, Alex Galchenyuk a probablement été le meilleur attaquant mais, pour le reste, pas grand-chose à signaler.

C'est surtout offensivement que c'était pénible. Ça manquait d'imagination, ça manquait de créativité et l'exécution laissait à désirer. Le Canadien semblait désorganisé. Ou plutôt, pas organisé du tout.

Nazem Kadri et Tyler Bozak ont inscrit les buts des Leafs, les deux en avantage numérique. Brian Gionta, aussi en supériorité, a privé Ben Scrivens d'un jeu blanc à 13:51 minutes de la troisième période alors que le Canadien tirait de l'arrière 2-0.

Brandon Prust s'est fait refuser un but dans la première minute du match. Ça a semblé miner l'enthousiasme du Canadien.

Les Leafs ont lancé 26 fois sur Price alors que le Canadien a mis Scrivens à l'épreuve à 22 reprises.

Les partisans avaient beau être heureux de retrouver leur équipe, ils ont exprimé leur mécontentement en troisième période. Et ils ont scandé «P.K.! P.K.!».

Mais quelques heures plus tôt, ils étaient fiers du riche passé de leur club lorsqu'ils ont vu les grands de l'histoire du Canadien tendre le flambeau aux joueurs de l'édition 2013. L'émotion était énorme à l'intérieur du Centre Bell quand Jean Béliveau, dont la santé est fragile, a transmis le symbole à Brian Gionta, qui poste aujourd'hui le C.

Avant de diriger son 500e match en carrière dans la Ligue nationale, Michel Therrien a reçu une ovation montre de la part du public. Les amateurs ont aussi réservé un accueuil plus que chaleureux à Francis Bouillon, qui a gagné la coupe Memorial avec Therrien à Granby en 1996.

Une question d'exécution

Oui, Michel Therrien avait l'air déçu après la rencontre. Clairement à part ça.

«L'exécution n'était pas là, a-t-il dit. Nous avons manqué plusieurs passes et plusieurs jeux ont avorté. Les Leafs ont bien joué mais... Nous serons meilleurs la prochaine fois, c'est certain.»

Le coach a aussi parlé des unités spéciales. Le Canadien a été un en cinq et les Leafs, deux en cinq.

«Quand tu perds la bataille des unités spéciales, c'est très difficile de gagner...»

Therrien a enfin eu de bons mots pour le jeune Alex Galchenyuk.

«Il a bien paru et il ne s'est pas mis dans le trouble. Il mérite une bonne note.»

Le Canadien recevra les Panthers de la Floride, mardi.

Tous les détails dans La Voix de l'Est de lundi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Le lock-out déjà pardonné

    Actualités

    Le lock-out déjà pardonné

    Le long lock-out de la LNH a certainement laissé des traces dans la mémoire des partisans, mais cela ne les a pas empêchés d'être nombreux dans les... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer