Francis Bouillon veut faire partie de la solution à Montréal

Francis Bouillon ne connaît pas les plans exacts... (photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Francis Bouillon ne connaît pas les plans exacts du Tricolore à son endroit.

photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Gaétan Roy

Gaétan Roy
La Voix de l'Est

(Granby) Le défenseur Francis Bouillon veut faire partie de la solution chez le Canadien de Montréal. C'est pour ça qu'il a accepté de revenir dans la Métropole, la semaine dernière, en paraphant une entente d'un an qui le réunit une fois de plus avec l'entraîneur Michel Therrien.

Autre raison qui l'a incité à revenir, après trois ans avec les Predators de Nashville, dans l'organisation où il avait passé les neuf saisons précédentes: son engagement dans la communauté. D'ailleurs, Bouillon sera de nouveau la pièce maîtresse de l'Omnium Francis Bouillon, présenté le samedi 4 août au club de golf Granby-St-Paul, au profit de l'organisme des Jeunes sportifs Hochelaga (Montréal), auquel il aimerait voir des amateurs de Granby participer.

«À la fin de la dernière saison, souligne celui qui était le capitaine des Prédateurs de Granby, champions de la Coupe Memorial en 1996, je pensais que je retournerais à Nashville à l'automne. Mais les Predators m'ont averti une semaine avant le premier juillet qu'ils me laisseraient aller sur le marché des joueurs autonomes. Je ne m'attendais pas à signer rapidement, mais quelques équipes m'ont approché et Michel Therrien m'a appelé. J'ai ensuite décidé de mettre la priorité sur le Canadien».

À 36 ans (37 en octobre), Bouillon aurait aimé signer un contrat de deux ans, mais il a finalement accepté une entente de 1,5 million pour un an.

«Je suis content parce que je voulais revenir parmi ma famille avec Ginette (sa conjointe) et mes jumeaux, Michael et Anthony, qui ont neuf ans. Eux aussi le voulaient. La décision s'est prise en famille. Je reviens chez nous avec Michel Therrien, qui m'a toujours aidé à prendre les bonnes décisions», dit Bouillon.

Victime d'une commotion cérébrale en janvier 2011, Bouillon a raté huit mois, mais se dit parfaitement rétabli. «En septembre, je ne pouvais pas m'entraîner, mais j'ai consulté un spécialiste et je n'ai manqué que 10 parties. Ça s'est bien passé par la suite».

Tous les détails dans notre édition de mardi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer